/finance/homepage

Baisse des investissements étrangers à Montréal l’an dernier

JOEL LEMAY/AGENCE QMI

La pandémie de COVID-19 a fait chuter les investissements étrangers l’an dernier dans la grande région de Montréal.

• À lire aussi: Début d’année prometteur pour les ventes immobilières à Montréal et Québec

• À lire aussi: Le taux d’inoccupation des logements a bondi à 2,7 % en 2020 à Montréal

• À lire aussi: Immobilier : «Tout le monde est à fleur de peau présentement»

Montréal International dit avoir parrainé des projets d’investissements étrangers valant 2,233 milliards $ en 2020, soit 15 % de moins que l’année précédente.

«Il s’agit toutefois d’une performance remarquable puisque la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED) estime à 35 % la baisse de l’investissement direct étranger à l’échelle mondiale sur la même période», a fait valoir l’organisme par communiqué, lundi.

Montréal International a accompagné un total record de 90 projets, qui ont permis de créer ou de maintenir 8192 emplois, ce qui constitue aussi un sommet.

«Il s’agit de deux chiffres records pour l’organisation, qui mise sur une solide stratégie de ciblage sectoriel et géographique», a précisé Montréal International

Le salaire moyen de ces postes s’élève à 83 976 $.

«Près de la moitié (49,2 %) de ces investissements proviennent de l’Europe, 43,9 % des Amériques et 6,9 % de l’Asie», a ajouté l’organisme.

Les secteurs ayant reçu des capitaux étrangers sont variés, allant de l’informatique et de l’intelligence artificielle au transport logistique, aux sciences de la vie et technologies de la santé en passant par la finance.

«La métropole est parvenue, malgré un contexte ardu, à tirer son épingle du jeu et à maintenir son dynamisme et son attractivité grâce à son identité forte et des acteurs économiques investis, comme l’est Montréal International. La relance qui se profile devra miser sur les forces de Montréal, telles que la vitalité de son centre-ville et le dynamisme de ses quartiers, pour soutenir notre économie, attirer de nouveaux joueurs et faire de la métropole une ville plus verte, plus inclusive et plus résiliente», a déclaré la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

Dans la même catégorie