/news/law

Chambly: pas de sanction disciplinaire pour un policier flambant nu

FD-DEMENTELEMENT-LABORATOIRE-CLANDESTIN

Joël Lemay / Agence QMI

Un agent de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) ne recevra pas de sanctions supplémentaires de son employeur après s’être complètement dévêtu lors d’une fête à Chambly, en août 2016.

Selon ce qu’a rapporté le quotidien «Ottawa Citizen» vendredi, la Cour fédérale a tranché en faveur de Daniel Laporte en jugeant que sa sanction disciplinaire n’expliquait pas en quoi la réputation de la GRC avait été affectée ni comment l’incident était lié à son emploi. Sans ces démonstrations, une sanction disciplinaire ne pouvait pas être imposée au policier qui est resté dénudé durant cinq minutes environ.

L’agent Laporte, qui comptait 13 ans d’expérience au sein de la GRC au moment des faits, prenait part à une fête organisée par un de ses collègues, où personne n’était en uniforme.

Plusieurs amis du policier ont suggéré, lors de cette soirée, de complètement se dévêtir pour aller dans le spa. Selon la déclaration de M. Laporte, il s’est déshabillé dans la cuisine de son collègue et s’est caché les parties génitales avec une brosse à vaisselle.

Se rendant compte qu’il manquait de glaçons, il a enfilé une petite serviette à la taille pour aller en chercher à son domicile, soit la maison voisine. De retour à la fête, il a enfilé ses vêtements et ne les a plus quittés par la suite, selon le «Ottawa Citizen».

Or, le chef de la lutte contre le crime organisé (l’unité de Daniel Laporte) a eu vent de l’histoire en février 2017 et a lancé une enquête interne afin de faire la lumière sur les agissements de son agent. Des mesures ont été prises et M. Laporte a été jugé coupable d’une violation du code de conduite de la GRC en 2018.

L’affaire a été portée deux fois en appel, d’abord en mars 2020, puis tout récemment, forçant une intervention de la Cour fédérale.

Daniel Laporte est présentement à l’écart de la GRC pour «raison médicale», mais poursuivra ses efforts en appel pour faire enlever une réprimande à son dossier liée à cette affaire.