/news/coronavirus

Dépistage massif dans la MRC de Maskinongé

Au cours des dernières semaines, plus d'une trentaine de cas de COVID-19 se sont déclarés dans la MRC de Maskinongé. La source de contamination reste inconnue pour la majorité d'entre eux, si bien que le CIUSSS-MCQ a décidé de lancer une offensive de dépistage dans la MRC.

• À lire aussi: Chevaux malades en Outaouais : « C’est dur de garder espoir »

• À lire aussi: Le vaccin Pfizer efficace à 95,8%, selon Israël

• À lire aussi: Pfizer/BioNtech: une première dose de vaccin efficace à 85% après 2 à 4 semaines

Les enquêtes épidémiologiques sont particulièrement difficiles et freiner la propagation du virus, lorsqu'il est impossible d'identifier la source, devient un grand défi.

Pour y arriver, les autorités de la santé régionale veulent intensifier le dépistage sur le territoire. La capacité à la clinique désignée de Louiseville a été rehaussée de 37 à 65 plages quotidiennes.

Pour faciliter l'accès à la population des municipalités un peu plus éloignées, une clinique mobile sera déployée mardi, mercredi et jeudi à la Salle communautaire de Saint-Alexis-des-Monts. Les citoyens pourront s'y rendre sans rendez-vous de 14h à 18h.

Et les variants?

Alors que tout le Québec surveille l'arrivée de ces nouvelles souches plus contagieuses, le CIUSSS-MCQ a assuré qu'aucun variant n'a été recensé en Mauricie-Centre-du-Québec. Par contre, le mot circule et selon des experts il faut se préparer à une arrivée rapide.

«Il y a déjà plusieurs cas dans d'autres régions, donc c'est évident qu'il va y en avoir chez nous. Ces variants se transmettent plus rapidement. C'est leur caractéristique principale. Il faut comprendre que ces virus ont une mutation dans l'une des protéines à la surface du virus, donc ils rentrent plus efficacement dans les cellules humaines. Par conséquence, ils se répliquent plus fortement et ils sont transmis plus efficacement d'une personne à l'autre», a expliqué en entrevue le professeur virologiste à l'Université du Québec à Trois-Rivières, Lionel Berthoux.

Dans le pire des scénarios, ces variants pourraient causer des augmentations quotidiennes de 20 000 infections au Canada dans une troisième vague. 

Actuellement en Mauricie-Centre-du-Québec, 1800 tests de dépistage sont faits chaque jour. Les échantillons positifs sont analysés en laboratoire pour surveiller l'apparition de ces variants.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.