/regional/quebec/quebec

Dépistage massif: l’école Marguerite-D’Youville rouvrira mardi

L’école Marguerite-D’Youville de Québec rouvrira finalement ses portes mardi. Le dépistage massif commandé par la santé publique n’a mené qu’à la découverte d’un seul cas positif supplémentaire.

• À lire aussi: École Marguerite-D’Youville: tests à grande échelle pour traquer un variant du coronavirus

• À lire aussi: La ligne dure pour freiner les variants dans les écoles

La santé publique a permis la levée de la fermeture de l’école dans une lettre qui a été transmise aux parents lundi après-midi.

On y apprend que le seul cas supplémentaire diagnostiqué l’a été dans une classe qui était déjà retirée en raison d’une éclosion depuis plus de 10 jours.

«[Cet élève] n’a donc pas été en contact avec d’autres enfants de l’école durant sa contagiosité», indique la santé publique dans sa communication avec la direction.

C’est donc dire que les familles des élèves, qui se retrouvaient aussi en isolement forcé pourront aussi reprendre leurs activités «s’ils n’ont pas été identifiés comme contact à risque modéré ou élevé d’un cas». Les trois bulles-classes qui étaient déjà retirées de l’école en raison de l’éclosion demeureront en isolement jusqu’à la date prévue de leur retour.

Réponse impressionnante 

La santé publique indique que plus de 99% des 342 personnes qui avaient été identifiées comme devant être testées l’ont été au cours du weekend.

«Il convient de remercier la population d’avoir collaboré à l’effort sanitaire», souligne le porte-parole du CIUSSS de la Capitale-Nationale, Mathieu Boivin, qualifiant la réponse «d’impressionnante».

«Si nous pouvons rouvrir aussi rapidement et en toute confiance le milieu scolaire, c’est parce que les gens ont été diligents et qu’ils ont pris la situation au sérieux.»

Incertitude autour du variant 

Quant aux inquiétudes concernant la présence d’un variant à Québec, il demeure trop tôt pour la confirmer ou l’infirmer.

C’est la positivité à une mutation d’un gène du virus qui a laissé croire à une possible infection à un variant parmi les cas déclarés lors de l’éclosion dans trois groupes-classes dans la semaine du 8 février. Des analyses supplémentaires sont en cours.

«D’autres tests sont effectués actuellement sur les prélèvements en question pour vérifier s’il s’agit vraiment d’un de ces variants plus contagieux, mais les résultats seront connus seulement dans 2 semaines», précise le CIUSSS de la Capitale-Nationale.