/news/coronavirus

Des gens exaspérés par les longs délais au téléphone

Les voyageurs devant atterrir à l’aéroport Montréal-Trudeau dans les prochains jours peinent à parler à un agent au téléphone pour réserver et payer la quarantaine à l’hôtel imposée par Ottawa. 

« J’ai essayé de joindre le numéro de téléphone à 9 h et 10 h 30 [hier] matin. Impossible d’avoir qui que ce soit. Si je n’arrive pas à réserver, je vais devoir retarder mon retour », signale Bilal Ghalaini, un résident de La Prairie sur la Rive-Sud de Montréal, parti en voyage d’affaires à Dubaï et à Paris depuis la mi-janvier.

• À lire aussi: Retour hâtif pour éviter de payer l’hôtel à 2000$

• À lire aussi: Quarantaine obligatoire: des heures d’attente pour réserver une chambre

• À lire aussi: Quarantaine obligatoire: le fédéral choisit un hôtel qui a contrevenu aux règles de la Santé publique

L’ingénieur chimique rentrera au pays le 5 mars, s’il réussit enfin à parler à un agent.

« Je ne prends pas de chance. Il y a un nombre limité d’hôtels et de chambres », poursuit-il.

Depuis samedi, les voyageurs qui tentent de réserver une place à l’hôtel se heurtent à des lignes téléphoniques encombrées et gérées par un sous-traitant du fédéral. Notre journaliste a pu parler à un agent après une quinzaine d’heures passées au bout du fil.

De nombreux citoyens ont aussi rapporté avoir attendu plus de trois heures au téléphone. 

Kevin, un employé du Crowne Plaza, l’un des quatre hôtels désignés à Montréal, a pourtant confirmé au Journal n’avoir « aucune réservation » aujourd’hui, et seulement « 15-20 pour le reste de la semaine ».

En après-midi lundi, TVA Nouvelles a appris que, devant les ratés du système, les voyageurs avaient désormais la possibilité de contacter directement les hôteliers comme le Baymont, à Dorval, pour réserver leur chambre.

Manque d’organisation  

« C’est complètement mal organisé ! Pourquoi avoir fixé cette date s’il n’y a pas assez d’agents pour répondre au téléphone ? » lance Nesrine Bisa, l’ex-femme de M. Ghalaini, qui craint ne pas pouvoir compter sur son aide pour prendre soin de leur fille après l’opération qu’elle doit subir prochainement.

Entre « 500 et 1000 » passagers sont attendus tous les jours à Dorval à compter de cette semaine, selon les estimations d’Aéroports de Montréal. 

« Les voyageurs qui se présentent à l’aéroport sans avoir réservé une chambre d’hôtel seront dirigés vers un fonctionnaire pour assurer un suivi », a répondu au Journal la porte-parole de l’Agence de la santé publique du Canada, Tammy Jarbeau, en les remerciant « tous » pour leur « patience » lorsque questionnée sur les importants délais.