/news/coronavirus

Hésitation chez les restaurateurs de la Côte-Nord

Les mesures supplémentaires imposées par le gouvernement du Québec font encore hésiter des restaurateurs de la Côte-Nord à ouvrir leurs portes.

À Sept-Îles, certains ont décidé de recommencer, un peu tardivement, à accueillir des clients. D’autres attendent l’assouplissement des règles. Lundi, le propriétaire du resto-bar l'Ambiance, Bruno Desrosiers, a annoncé à ses employés que son restaurant rouvrira jeudi.

• À lire aussi: Encourager l’ouverture de terrasses chauffées?

• À lire aussi: Dans un resto sans masque: Alexandre Bilodeau et Jean-Luc Brassard dans l’eau chaude

• À lire aussi: La vente de popcorn permise dans les cinémas en zone orange

Mais derrière l’enthousiasme que la nouvelle a provoqué, se cache une grande inquiétude. «Ce qui me fait peur un peu, c’est que dans trois semaines, après la semaine de relâche, qu’ils nous ferment encore.»

M. Desrosiers est certain de ne pas faire de profit. La capacité de son restaurant, initialement de 225 personnes, a chuté de moitié avant le temps de Fêtes et est maintenant d’une soixantaine de personnes.

«C’est rough, il n’y a pas de miracle à faire», a-t-il constaté.

À quelques coins de rue de là, à la microbrasserie La Compagnie, la décision a été prise ne pas rouvrir.

«On trouvait que c’était difficile finalement de rendre le tout rentable dans cette forme actuelle», a expliqué la copropriétaire Marie-Pier Johnson.

L'entreprise a décidé d’attendre que le gouvernement revienne aux mesures sanitaires d’avant les Fêtes. La limite de deux clients par table, une contrainte qui n’existait pas dans les régions situées en zone orange l’automne dernier, est celle de trop.

«On a bon espoir que les mesures s’assouplissent au retour de la relâche», a espéré Mme Johnson

En attendant, le commerce se concentre sur le début de la mise en marché de sa bière en canette, préférant ainsi «transformer ces situations-là en opportunités».

Dans la même catégorie