/regional/estduquebec/basstlaurent

La roulotte a (déjà) la cote

En raison de la pandémie, encore cette année, les vacances estivales risquent de se dérouler au Québec et on le ressent chez les concessionnaires de véhicules récréatifs où les clients se sont montrés beaucoup plus tôt cette année.

«Les gens se préparent à l'avance parce qu'ils veulent être sûrs d'avoir le produit, a souligné en entrevue avec TVA Nouvelles Frédéric Morin, directeur de Caravane Rimouski. [...] On n'aura pas les quantités que l'on a normalement. Tout le monde en veut et les manufacturiers sont vraiment débordés, ils ne fournissent pas.»

• À lire aussi: Une entreprise mise sur le camping hivernal

• À lire aussi: Vent de folie autour du VR

• À lire aussi: Le Bas-Saguenay envahi par des campeurs illégaux

Chez Caravane Rimouski, exceptionnellement cette année, plusieurs roulottes ont été vendues en février et même en janvier.

«Normalement, on ouvre à peu près à la mi-mars, avec le beau temps, mais là on fait des visites en plein mois de février. Pas trop difficile de battre nos ventes habituelles parce que normalement c'est zéro en février!», a lancé M. Morin.

À la Fédération québécoise de camping et de caravaning on constate le même engouement hâtif.

«Cette année l'agence de voyage a refait sa programmation pour les voyages de groupe, les circuits-caravanes, pour rester beaucoup au Québec. Ç’a été lancé à la mi-février et en dix jours, 90% des inscriptions ont été complétées. [...] Les gens sont prêts et ont envie de bouger», a indiqué Louise Gagnon, de la Fédération québécoise de camping et de caravaning.

Dans la même catégorie