/news/coronavirus

Le littoral de la Côte d'Azur en partie confiné les deux prochains week-ends

Les autorités françaises ont annoncé lundi une mesure de confinement territorialisé pour lutter contre la propagation de la COVID-19, une première depuis le début de la crise sanitaire en France métropolitaine, qui concernera pour les deux prochains week-ends les communes du littoral d'une partie de la Côte d'Azur (sud-est).

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: L'Angleterre espère un retour à la normale fin juin

• À lire aussi: Les États-Unis près du sombre cap des 500 000 morts

Le taux d'incidence est particulièrement élevé dans la métropole de Nice, avec plus de 700 cas positifs pour 100 000 habitants, plus de trois fois la moyenne nationale (190), tandis qu'environ 10% des tests de dépistage s'avèrent positifs (contre 6% pour l'ensemble de la France), dans un contexte de diffusion du variant britannique, plus contagieux.

«Il y a une accélération» depuis une «dizaine de jours sur des patients qui sont plus jeunes», a confirmé Michel Carles, infectiologue au Centre hospitalier universitaire (CHU) de Nice.

Les deux prochains week-ends, des sorties d'une heure seront autorisées avec dérogation (médecins, animaux de compagnie, sport, promenade) dans un rayon de 5km du domicile du vendredi 18h au lundi 06h dans une zone s'étendant de Théoule-sur-Mer à Menton, qui concentre près de 90% de la population du département des Alpes-Maritimes, au bord de la Méditerranée.

«Un confinement le week-end permettra notamment de décourager nos visiteurs de se rendre sur la Côte d’Azur pendant ces vacances d'hiver», s'est félicité le maire de Nice, Christian Estrosi.

Par ailleurs, pour 15 jours à compter de mardi, les commerces de plus de 5000m2, sauf les pharmacies et les commerces alimentaires, seront par ailleurs fermés dans le département.

«C’est probablement nécessaire, mais ça fait plus d'un an que ça dure», soupire Cécile Saliou, 45 ans.

«Ça nous fait perdre une journée de travail, le samedi, qui est une journée importante», déplore de son côté Philippe Bernini, libraire.

Les contrôles à la frontière italienne seront également renforcés, comme les contrôles dans les aéroports.

Lundi soir, ce sont ainsi tous les passagers d'un vol Tunisair qui ont été soumis à des tests PCR à leur arrivée à Nice, en plus de la vérification de leur attestation de test PCR datant de moins de 72 heures. De telles opérations de tests seront menées de façon aléatoire durant les 15 jours à venir, sur les vols arrivant à Nice depuis des pays hors de la zone Schengen, soit la Tunisie, le Maroc, la Turquie, la Russie et le Royaume-Uni.

Le confinement local, en vigueur depuis le 5 février à Mayotte, archipel français de l'océan Indien, était jusqu'ici inédit en métropole.

La France a déjà été confinée à deux reprises, du 17 mars au 11 mai 2020, puis du 30 octobre au 15 décembre. Un couvre-feu est actuellement en vigueur, de 18h à 06h.

Sur l'ensemble de la France, plus de 22 000 nouveaux cas de contaminations ont été enregistrés dimanche, le même niveau que samedi, et la pression hospitalière reste à un niveau élevé. 

Le nombre de patients en réanimation a dépassé lundi les 3400 personnes, un niveau qui n'avait plus été atteint depuis début décembre, selon les chiffres officiels.

La COVID-19 a tué au total près de 85 000 personnes en France.