/news/culture

Les associations culturelles québécoises pressent le gouvernement d’agir

Le milieu de la culture tape du pied. Six associations d’artistes québécois font front commun et implorent le gouvernement du Québec de dire clairement quand il prévoit donner le feu vert à la réouverture des salles de spectacles.

• À lire aussi: Des artistes incapables de faire leur épicerie

• À lire aussi: Les salles de spectacles vont attendre

«Nous sommes fatigués d’attendre depuis un an», soupire le président de la Guilde des musiciens et des musiciennes du Québec, Luc Fortin.

La divulgation des avis écrits de la Santé publique, qui recommandait dès l’automne dernier la réouverture des lieux de diffusion, a été la goutte qui a fait déborder le vase, font valoir les membres de ce regroupement, formé notamment de l’Union des artistes et de la FNCC-CSN.

Cette sortie publique survient à l’aube de la relance des cinémas et des musées, ce vendredi.

«À chaque fois que quelque chose rouvre, ce n’est jamais nous. Ça devient frustrant. Les concerts sur le web, ce n’est qu’une partie de notre business», martèle Luc Fortin, en rappelant que le milieu du spectacle a été «exemplaire» lorsque les salles ont été rouvertes temporairement l’été dernier.

«Serait-il possible d’ouvrir les lieux de diffusion et de les fermer à la pièce si une éclosion devait survenir, comme c’est le cas dans la plupart des autres milieux de travail ou scolaires?», demande la présidente de l’UDA, Sophie Prégent.

Sondage  

Il va sans dire, le moral des troupes n’est pas à son zénith. Déjà en octobre, un coup de sonde de la Guilde dévoilait que la moitié de ses 3200 membres éprouvait des difficultés financières et que 57% d’entre eux songeaient à changer de métier.

Selon Luc Fortin, un autre sondage est en préparation. Les premiers échos ne sont pas plus positifs.

«C’est fragile. Beaucoup de membres ont consulté pour obtenir de l’aide psychologique. Il y en a qui avaient acheté une maison et qui prévoyaient faire une belle année et puis, pouf, plus rien, ils tombent avec de petits revenus. Sans compter les couples qui travaillent tous les deux dans le monde de la culture et qui sont dans le même bateau.»

Le président de la Guilde dit espérer qu’après la pandémie, des solutions seront mises en place pour éviter que les artistes se retrouvent dans le même pétrin si une autre crise sanitaire éclatait un jour.

Écoutez l'entrevue avec Pascale St-Onge, présidente de la Fédération nationale des communications et de la culture FNCC-CSN sur QUB radio:

Dans la même catégorie