/news/faitesladifference

Plusieurs familles laissées pour compte: l’injustice de la bonification du RQAP

blocs de jeu

Photo Adobe Stock

Quand je suis tombée enceinte, la COVID-19 venait à peine de faire son apparition au bout du monde. J’étais loin de me douter que ma grossesse, mon accouchement et mon congé maternité seraient complètement chamboulés par une pandémie mondiale. Bien honnêtement, avoir su d’avance, j’aurais reporté le projet bébé #2. 

Pour ceux ayant vécu une grossesse et un accouchement entre mars et septembre 2020, du stress et des déceptions, il y en a eu! Tout était plus compliqué et incertain. On ne connaissait pas encore les dangers pour les femmes enceintes.

Alors qu’on doit toujours composer avec les aléas de la pandémie, une autre mauvaise nouvelle nous est tombée dessus. Pour s’arrimer avec les mesures fédérales de relance économique, le gouvernement a annoncé une bonification aux prestations du Régime québécois d’assurance parentale (RQAP). Peu importe le salaire des parents, le montant minimum des prestations sera de 500$ par semaine.

Quand le gouvernement annonce de bonnes nouvelles, c’est généralement fait en grande pompe. Pourtant, celle-là est passée sous le radar. Clairement, on était au fait du mécontentement que ça causerait. L’annonce a été faite le 13 décembre, seulement par communiqué, alors que tous les médias étaient occupés à parler du reconfinement et de l’annulation des rassemblements pour Noël.

Des critères controversés

Le problème, c’est que pour être admissible à la bonification, il faut avoir fait sa demande APRÈS le 27 septembre 2020. Deux mamans ayant commencé leur congé à une semaine d’intervalle ne reçoivent pas le même montant, même si leur salaire de base est le même.

Ça donne l’impression qu’au ministère, on a décidé que toutes les nouvelles familles de la première vague n’ont pas assez souffert de la pandémie pour mériter cet ajustement. Pourtant, on vit tous dans la même réalité. Je n’arrive pas à croire que ça leur semble équitable.

Pourquoi ne pas avoir appliqué la bonification sur les toutes prestations émises pendant la période du programme, plutôt que seulement celles commençant entre ces dates? Qu’on ne vienne pas dire que ça coûterait trop cher. Actuellement, quelqu’un qui commencera son RQAP le 24 septembre 2021, alors qu’on espère tous être vaccinés, recevra le 500$ pour toute la durée de son congé, jusqu’en 2022.

En commençant notre grossesse, on ne savait pas vers quoi le monde s’en allait. Mais celles qui sont tombées enceintes en toute connaissance de cause auront droit au bonus. Je ne dis pas qu’il ne fallait pas faire d’enfant pendant la pandémie. Mais au moins, quand tu sais vers quoi tu t’en vas, tu peux te préparer mentalement et valider que tu auras les fonds nécessaires pour passer au travers de la crise.

Difficile de se faire entendre

Quand on essaie de faire entendre notre mécontentement, plusieurs nous accusent de faire des enfants pour avoir de l’argent... Non, on ne se plaint pas le ventre plein: 200$ par semaine, c’est loin d’avoir le ventre plein. La bonification, elle existe de toute manière. Le problème, c’est que les critères d’admissibilité sont totalement injustes et arbitraires.

La pandémie, on la vit tous depuis mars, et ce n’est pas vrai que quelqu’un peut juger que toutes les nouvelles familles de la première vague ont moins besoin d’aide que les autres.

Heureusement, les mamans, on est tenaces! Plusieurs ont travaillé vraiment fort pour faire corriger tout ça, et nous avons maintenant une pétition à l’Assemblée nationale. Les partis d’opposition sont très sensibles à notre problème, et nous espérons que le gouvernement entendra raison!

- Marie-Chantale Savard, Dolbeau-Mistassini

Photo Courtoisie

Votre opinion
nous intéresse.

Vous avez une opinion à partager ? Un texte entre 300 et 600 mots que vous aimeriez nous soumettre ?