/regional/quebec/quebec

Tramway: le gouvernement voulait couper Legendre, Limoilou et Charlesbourg

Après une entente conclue avant les Fêtes avec la Ville de Québec, le gouvernement a changé son fusil d’épaule en février pour proposer que le tramway soit coupé de moitié et ne passe plus par Legendre, Limoilou et Charlesbourg.

• À lire aussi: Tramway: la CAQ n’a rien proposé, affirme Labeaume

• À lire aussi: Tramway: le maire Labeaume était fermé à tout changement, selon Legault

• À lire aussi: Le ministre Bonnardel promet des «bonnes nouvelles» sur le tramway

«Cette proposition aurait ajouté deux ans de travail», a révélé le maire de Québec, lundi. «Ça s’est fait sur la gueule. Je ne pouvais pas accepter sur la gueule.»

Le maire Régis Labeaume ne se sentait plus lié par la confidentialité qui lui était demandée par le gouvernement Legault, lundi. À la suite des déboires récents du projet, que le gouvernement a repris sous sa férule, le maire a révélé les détails des négociations qui ont eu lieu depuis octobre avec le gouvernement. 

Le maire a indiqué que la Ville a reçu et accepté une proposition de modification du réseau de tramway du gouvernement, avant les Fêtes, avant de recevoir en février quatre autres scénarios, dont un qui était plus probable et qui «charcutait» le tracé du tramway de moitié et qui a été refusé. 

Ajout ou économies   

On a appris que la Ville de Québec a soumis deux premières propositions, à l’automne, qui suggéraient d’ajouter pour 450 millions $ une ligne de tramway vers D’Estimauville ou encore l’ajout de la même ligne, mais en réduisant le parcours vers le nord en le stoppant à la 41e rue, pour 230 millions $. Cette option a été rejetée par le gouvernement. 

Ce dernier est revenu à la charge avec une proposition qui terminait le tramway à la 41e Rue et qui permettait d’utiliser les économies de 220 millions $ dans les banlieues. La Ville a accepté et le maire dit être parti «pour les Fêtes le cœur léger». Mais en février, les choses se sont gâtées. Le ministre Bonnardel a informé M. Labeaume que l'entente ne tenait plus et proposait maintenant quatre scénarios, dont un, identifié par le maire comme le plus probable, retirait la portion Legendre. 

Le début de ligne se situerait au pôle Sainte-Foy, selon les plans vus par le maire. «Ça ne tient pas la route», a commenté le directeur du bureau de projet, Daniel Genest, qui a rappelé que le terminus à Legendre servait à capter les usagers de Saint-Augustin, Sainte-Foy ouest, Portneuf, Cap-Rouge.

Le tramway ne passait plus par Limoilou ni par Charlesbourg. On envisageait de desservir D’Estimauville. Cette proposition amenait deux ans de retard, «charcutait la moitié du tramway actuel», déplore le maire. M. Labeaume affirme : «On m'a dit que les députés de Québec étaient plus heureux avec [cette] proposition». 

Le gouvernement entrouvrait la porte à une hausse du budget et à l’ajout de voies dédiées. «Il n’était pas question d’accepter cette proposition sur la gueule», a commenté le maire, lundi, qui voulait rectifier les faits. Le gouvernement ne voulait pas lui laisser de document. Cette option n’est pas envisageable, a répondu Régis Labeaume, en raison des importants délais de deux ans que le projet devra subir. Il a cependant affirmé que son interlocuteur François Bonnardel est «de bonne foi, mais il n'est pas seul au gouvernement». 

Maintenant, une nouvelle proposition, encore inconnue, surviendra bientôt, a indiqué le maire, qui en a reçu l'assurance de la part du ministre Bonnardel. Il demande au gouvernement de reconsidérer la proposition d'avant les Fêtes qui a été révisée subitement en février. «On a été ouverts, on a accepté leur proposition.»

Troisième lien   

Par ailleurs, le maire a révélé qu'aucune discussion sur la connexion du futur troisième lien n'a eu lieu entre la Ville et le gouvernement depuis huit mois. «On ne peut pas accepter qu’on dise qu’on ne voulait pas connecter au troisième lien alors qu'on n'en a pas parlé pendant huit mois. On ne peut pas dire qu'on n'est pas flexible alors que c’est faux. J’ai été obligé de dire ça pour pouvoir faire la mise au point, c’est incontournable.»

Dans la même catégorie