/news/culture

Woody Allen dénonce une «entreprise de démolition»

Woody Allen a réagi à la diffusion d'un documentaire accablant pour le réalisateur américain, qu'il a qualifié d'«entreprise de démolition», «truffée de contre-vérités», tout en démentant de nouveau avoir agressé sexuellement sa fille adoptive.

Diffusé sur la chaîne HBO et sur la plateforme HBO Max depuis dimanche, le documentaire en quatre parties «Allen v. Farrow» met en cause le metteur en scène avec une série de témoignages, dont certains inédits.

Dylan Farrow, fille adoptive de la comédienne Mia Farrow et de Woody Allen, y réaffirme notamment que son père adoptif l'a agressée sexuellement en août 1992 alors qu'elle était âgée de 7 ans, ce que le réalisateur a toujours réfuté.

«Ces documentaristes n'étaient pas intéressés par la vérité», ont écrit Woody Allen et son épouse, Soon-Yi Previn, dans un communiqué publié par plusieurs médias américains. «Au lieu de cela, (...) ils se sont livrés à une entreprise de démolition, truffée de contre-vérités.»

«Il est de notoriété publique depuis des décennies que ces accusations sont complètement fausses», poursuivent les époux, qui rappellent qu'aucune des deux enquêtes menées sur ces allégations n'a débouché sur des poursuites.

«Même si cette attaque médiocre attire l'attention, elle ne change pas les faits», a conclu le couple, qui affirme avoir été contacté moins de deux mois avant la diffusion, «pour répondre». «Ils ont naturellement décliné», a expliqué le communiqué.

Depuis fin 2017 et la publication d'une tribune de Dylan Farrow, de nombreux acteurs et actrices ont pris leurs distances avec le réalisateur.

En 2019, la plateforme Amazon a rompu son contrat de production et de diffusion avec le metteur en scène, qui portait sur quatre films.

Dans la même catégorie