/news/law

Action collective : un groupe de jeunes environnementalistes en appel

Photo Fotolia

Un groupe de jeunes Québécois voulant forcer le gouvernement fédéral à agir contre les changements climatiques a maintenu ce mardi qu’il devrait pouvoir intenter une action collective de 340 millions $ contre l’État, malgré un premier refus du tribunal. 

• À lire aussi: ENvironnement JEUnesse se présente devant la Cour d'appel du Québec

« Il y a trop peu des mesures mises en place pour atteindre les objectifs [de réduire les gaz à effet de serre. [Le gouvernement] dit les bonnes choses, mais les actes ne suivent pas », a plaidé l’avocat d’Environnement Jeunesse, Me Bruce Jonhston, ce mardi à la Cour d’appel du Québec.

Environnement Jeunesse, un organisme voué à la lutte contre les changements climatiques, tente depuis 2018 d’intenter une action collective au nom de tous les Québécois de moins de 35 ans qui, selon eux, seront privés de leur droit à un environnement sain en raison de la pollution générée par les générations précédentes. 

« Au lieu de protéger notre avenir, le gouvernement du Canada se bat contre la jeunesse et porte atteinte à nos droits fondamentaux », s’est désolée la directrice générale de l’organisme, Catherine Gauthier.

Me Johnston a pour sa part affirmé hier que l’inaction du Canada faisait en sorte que l’on « refile la facture » aux plus jeunes, qui devront se dépêtrer face aux changements climatiques.

Opposition

Le gouvernement fédéral s’oppose de son côté à cette poursuite, entre autres car le véhicule procédural n’est pas le bon, selon lui. L’une des avocates représentant l’État, Me Ginette Gobeil, affirme même que la cour n’a pas à se pencher sur la question.

« C’est seulement après qu’il y ait une législation que les tribunaux peuvent intervenir », a-t-elle dit en insistant que les juges ne peuvent pas forcer le gouvernement à octroyer du budget pour des problèmes de société.

La Cour supérieure du Québec avait donné raison au gouvernement en juillet 2019, mais Environnement Jeunesse n’a pas baissé les bras, affirmant rapidement que la décision allait être portée en appel. Si bien que la cause a été entendue par le plus haut tribunal du Québec, ce mardi.

Environnement jeunesse s’est d’ailleurs défendu de vouloir se remplir les poches avec cette poursuite. Si l’action collective est finalement autorisée et si l’organisme a gain de cause, l’argent n’ira pas dans la poche des jeunes Québécois. À la place, cet argent servirait à mettre en place des mesures pour freiner les changements climatiques.

« Ce n’est pas pour faire de l’argent », a assuré Me Jonhston.

Les trois juges de la Cour d’appel ont pris l’affaire en délibéré. 

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.