/news/coronavirus

COVID-19: 1,2M$ pour des études dans le milieu carcéral

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Ottawa a annoncé mardi un investissement de 1,2 million $ dans de nouvelles études sur la présence des anticorps contre la COVID-19 au sein de la population carcérale et des employés des établissements correctionnels canadiens.

• À lire aussi: Les agents des services correctionnels veulent des ajustements aux mesures sanitaires

• À lire aussi: Des centaines de prisonniers bientôt vaccinés

Ces études, soutenues par le Groupe de travail sur l'immunité face à la COVID-19 (GTIC), concerneront des établissements fédéraux et provinciaux au Québec, en Saskatchewan et en Colombie-Britannique.

«Ces études nous aideront à élaborer des stratégies plus efficaces pour prévenir l’introduction et la propagation du virus dans ces établissements», a indiqué, par communiqué, Theresa Tam, administratrice en cheffe de l'Agence de la santé publique du Canada.

«Investir dans ces études nous permettra d'améliorer les mesures que nous mettons en œuvre pour protéger le personnel, les personnes incarcérées et les communautés locales», a mentionné Bill Blair, ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile.

Parce qu’elles sont plus peuplées, les prisons provinciales présentent des taux de roulement plus élevés que les établissements fédéraux, ce qui peut favoriser la transmission du virus avec les nombreuses allées et venues, selon le GTIC.

«Les rotations quotidiennes du personnel des établissements correctionnels peuvent permettre au SRAS-CoV-2 de s’introduire dans ces milieux, en plus de contribuer à sa transmission à l’extérieur», a expliqué la Dre Nadine Kronfli, de l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill, chercheuse principale de l’étude sur les pénitenciers provinciaux au Québec.

«Le GTIC appuie ces études prioritaires sur les populations carcérales, non seulement en les finançant, mais aussi en facilitant la collaboration entre les équipes, qui mettent en commun leurs méthodes, leurs outils et leurs expériences pour obtenir plus rapidement des résultats précis et comparables», a dit la Dre Catherine Hankins, coprésidente du GTIC et coordonnatrice du réseau de la sérologie dans le milieu carcéral.

Dans la même catégorie