/news/politics

Le pétrole à la rescousse du budget albertain?

Petrole essence carburant

Photo Fotolia

La hausse soudaine de la valeur du baril de pétrole albertain depuis le début de l'année à amener le gouvernement albertain à revoir grandement ses prévisions budgétaires, à quelques jours du dépôt du budget de la province.

• À lire aussi: Wall Street termine dans le rouge après des indicateurs américains décevants

• À lire aussi: La Caisse de dépôt aurait fait plus d’argent en sortant des énergies fossiles

• À lire aussi: Les forages pétroliers et gaziers au Québec inquiètent

Après avoir atteint un creux historique en avril dernier avec l'écrasement de la demande dû à la pandémie – le baril de pétrole albertain a même chuté sous les -40 $, du jamais vu –, le pétrole issu des sables bitumineux a maintenu un prix moyen oscillant entre 27 et 35 $ le baril de juin jusqu'à la fin de l'année.

Or, depuis le début de 2021, le baril de Western Canadian Select est remonté jusqu'à tout près de 50 $, au grand bonheur du gouvernement albertain qui s'appuie énormément sur les redevances pétrolières pour boucler son budget.

En raison de la chute du prix, mais aussi de la pandémie et du chômage, l'Alberta craignait de finir son année fiscale avec un déficit de 21 milliards $. «Heureusement, grâce à la remontée significative des prix de l'énergie, nos projections révisées au dernier trimestre nous amènent à un déficit de 14 milliards», a cependant annoncé le premier ministre Jason Kenney mardi.

En comparaison, le Québec prévoyait un déficit de 15 milliards $ lors de sa dernière mise à jour économique, l'automne dernier.

Ce rebond du pétrole arrive à point dans cette province allergique aux déficits, mais dont l'économie a été chamboulée ces dernières années par la crise pétrolière.

Fidèle à ses principes, le premier ministre a assuré qu'il n'introduira pas de nouveaux impôts ou de nouvelles taxes pour éponger le déficit et qu'aucune coupe n'est prévue dans la fonction publique. Rappelons que l'Alberta est la seule province au Canada à n'avoir aucune taxe de vente provinciale.

«Même si je déteste les déficits, ce serait le pire moment pour couper des milliards de dollars là où nous en avons besoin, en santé. Nous en avons besoin pour stimuler la croissance économique», a plaidé Jason Kenney en assurant que son objectif demeure de rééquilibrer le budget de sa province, à plus long terme.

Le budget 2021-2022 de l'Alberta sera présenté ce jeudi.

Dans la même catégorie