/news/coronavirus

Pas de catastrophe dans les régions passées à l’orange

Aucune éclosion n’a été recensée dans les gyms et les restaurants depuis leur réouverture dans l’Est-du-Québec. Dans ce Énergie Cardio de Saguenay, les clients étaient au rendez-vous, hier.

Photo Roger Ganon

Aucune éclosion n’a été recensée dans les gyms et les restaurants depuis leur réouverture dans l’Est-du-Québec. Dans ce Énergie Cardio de Saguenay, les clients étaient au rendez-vous, hier.

Deux semaines après leur passage à la zone orange, force est d’admettre que le bilan des assouplissements est actuellement positif dans les régions de l’Est-du-Québec.

Bas-Saint-Laurent, Saguenay–Lac-Saint-Jean, Côte-Nord, Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, aucun scénario catastrophe ne s’est produit dans ces régions qui ont basculé au palier d’alerte orange le 8 février dernier.

Après la période de 14 jours que se laissent les experts pour analyser les impacts d’une mesure, on ne peut que constater que la réouverture des restaurants et des gyms n’aura pas provoqué de flambée des cas.

Rien de lié aux restos et aux gyms 

La moyenne des nouvelles infections quotidiennes dans ces régions oscille entre 0,4 et 4 cas depuis les 14 derniers jours. 

« Il y a des choses qui se confirment qui sont rassurantes. Les commerces qui ont rouvert, ce n’est pas là où sont les foyers de transmission », confie le Dr Sylvain Leduc, directeur de santé publique du Bas-Saint-Laurent.

« C’est simple, on n’a aucun cas [...] lié aux restaurants ou aux gyms », confirme lui aussi le directeur de santé publique du Saguenay–Lac-Saint-Jean et de la Côte-Nord, le Dr Donald Aubin.

collaboration de tous 

Propriétaire des gyms Énergie Cardio de Chicoutimi et de Jonquière, Christine Gaudreault confirme que tout fonctionne bien et que les gens respectent les mesures. « La collaboration est incroyable, tout se passe à merveille », confie-t-elle.

Cette coopération n’étonne pas le Dr Leduc, qui affirme que les gens connaissent bien ces mesures devenues la norme et qu’ils ne veulent surtout pas revenir en arrière.

« En général, les gens respectent bien les mesures parce qu’ils avaient hâte de retrouver leurs commerces et leurs restaurants », rappelle le médecin, qui insiste malgré tout pour que la population demeure prudente. 

« Un fait qui est inquiétant, c’est que des gens confondent assouplissements avec “tout est terminé” », fait remarquer le Dr Leduc, rappelant que les rassemblements demeurent interdits.

Encore de l’inquiétude

Une spécialiste soutient toutefois qu’on ne doit pas se laisser charmer par ces bons résultats en raison des variants qui commencent à circuler au Québec. 

Pour Roxane Borgès Da Silva, les quelques cas restants dans ces régions pourraient rapidement se multiplier si le variant devait s’y pointer.

« Ça va partir comme un feu de broussailles. La situation dans ces régions en orange, pour moi, c’est comme un feu où il ne reste que des braises, mais qu’un petit coup de vent pourrait tout faire repartir », analyse la professeure de santé publique de l’Université de Montréal, demandant à la population « de faire très attention ».

« Les chiffres peuvent avoir l’air positifs, mais ça demeure très inquiétant vu le contexte. »  

Un bilan qui demeure très positif dans les zones orange  

Bas-Saint-Laurent 

Nouveaux cas hier : 3 

Moyenne de cas quotidiens depuis le 8 février : 4  

Saguenay–Lac-Saint-Jean 

Nouveaux cas hier : 3 

Moyenne de cas quotidiens depuis le 8 février : 3  

Côte-Nord 

Nouveaux cas hier : 1 

Moyenne de cas quotidiens depuis le 8 février : 0,4  

Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine 

Nouveaux cas hier : 0 

Moyenne de cas quotidiens depuis le 8 février : 0,9  

Sources : MSSS, INSPQ