/news/society

Protection des baleines noires: des ralentissements obligatoires recommandés

Photo courtoisie

Les restrictions volontaires de vitesse pour les navires ne suffisent plus à protéger les baleines noires de l’Atlantique Nord, une espèce en voie de disparition, selon un rapport qui recommande de rendre les ralentissements obligatoires.  

• À lire aussi: Données satellitaires: Ottawa veut protéger les baleines noires

Le rapport d’Oceana Canada, rendu public lundi, révèle que les deux tiers de transits de navires de plus de 13 mètres ont dépassé le seuil de vitesse de 10 nœuds arrêté par Transports Canada, en 2020. 

Durant les deux périodes expérimentales, soit du 28 avril au 15 juin et du 1er octobre au 15 novembre, les données recueillies indiquent que plus de 40 % de ces transits ont dépassé les 12 nœuds, augmentant ainsi le risque de collision fatale pour l’un des mammifères marins les plus menacés de la planète.  

«Les baleines noires de l'Atlantique Nord sont en crise. Sans des mesures de gestion plus strictes pour atténuer les menaces auxquelles elles sont confrontées, elles ne survivront pas», s’est alarmée Kim Elmslie, directrice de campagne chez Oceana Canada.  

«Si le gouvernement met en œuvre des mesures de protection plus strictes dès maintenant, il est encore possible de renverser la vapeur et de changer leur destin en faveur de leur rétablissement», a ajouté Mme Elmslie.

Oceana Canada recommande de rendre obligatoire le ralentissement durant toute la saison dans le détroit de Cabot, qui demeure un endroit très fréquenté par les baleines noires, selon de récentes données acoustiques.

Ottawa a reconduit les mesures de ralentissements volontaires pour 2021 pour les bateaux traversant le détroit.

Même si l’année dernière, on n’a pas enregistré de décès de baleines noires, 33 d’entre elles ont péri depuis 2017, dont 21 dans les eaux territoriales canadiennes. Et sur les dix décès avec cause connue, huit étaient associés à des collisions avec les navires. 

Le rapport d’Oceana Canada tire la sonnette d’alarme sur la situation critique de cette espèce menacée dont la population mondiale ne compte plus qu’environ 360 individus. 

Dans la même catégorie