/news/politics

Ministre responsable de la Lutte contre le racisme: la couleur de la peau ne doit pas être un facteur d’exclusion, plaide Charette

La couleur de la peau ne doit pas être un facteur d’exclusion pour occuper la fonction de ministre responsable de la Lutte contre le racisme, estime Benoit Charette, qui vient d’être nommé à ce poste.

François Legault a procédé mercredi à un ajustement de son cabinet. Déjà ministre de l’Environnement, le député de Deux-Montagnes ajoute une corde à son arc. Il aura la délicate tâche d’appliquer les recommandations du groupe d’action contre le racisme.

Marié à une femme d’origine haïtienne et père de trois enfants métissés, Benoit Charette se dit très sensible à cet enjeu.

«Mais en aucun cas, peu importe la raison, à mon sens, la couleur de la peau ne doit être un argument pour disqualifier quelqu’un. Il y a une sensibilité qui est nécessaire et le premier ministre l’a reconnue en moi», a-t-il insisté.

Pas de racisme systémique    

Le ministre Charette a raconté que sa famille a déjà été victime de racisme par le passé, une expérience «frustrante». Il y a une vingtaine d’années, on leur avait refusé un logement. Il s’était alors adressé à la Commission des droits de la personne et avait eu gain de cause.

C’est notamment ce qui lui fait dire que le Québec n’est pas aux prises avec un problème de racisme systémique. «Ce même système qui a assuré la protection de nos droits. Je ne nie pas qu’il y a du racisme, au contraire [...], mais notre système protège les citoyens», a-t-il insisté.

François Legault a aussi défendu sa décision, de préférer Benoit Charette, pour tenir les rênes de la lutte contre le racisme, aux ministres Nadine Girault et Lionel Carmant, qui ont piloté le groupe d'action contre le racisme et qui sont issus des communautés culturelles.

«Ce n’est pas parce que quelqu’un est parmi le groupe qui est victime que nécessairement, la personne est mieux placée pour lutter», a-t-il fait valoir en conférence de presse, à quelques pas de l’Assemblée nationale.

Un homme à la condition féminine?    

Le premier ministre a toutefois été beaucoup plus vague quant à la possibilité qu’un homme puisse éventuellement être nommé ministre responsable de la Condition féminine. «Ce n’est pas envisagé», s’est-il limité à dire.

François Legault a également annoncé la nomination de Lucie Lecours au poste de ministre déléguée à l’Économie pour prêter main-forte aux ministres Pierre Fitzgibbon et Marie-Ève Proulx.

Une promotion pour la députée des Plaines qui fait son entrée au Conseil des ministres, celui-ci comptant désormais 12 femmes et 16 hommes.

Notons que le ministre des Ressources naturelles, Jonatan Julien, devient aussi ministre responsable de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine.