/finance/homepage

Interdire l'huile de palme à condition que les autres fassent pareil

Les Producteurs de lait du Québec demandent aux agriculteurs de cesser d'enrichir l'alimentation de leurs vaches avec de l'huile de palme, mais exigent du même souffle que le gouvernement interdise d'importer des produits laitiers où l'huile de palme a joué un rôle.

• À lire aussi: GES: les fermiers pressent Ottawa d’investir 300 millions $

• À lire aussi: L’École d’agriculture de Nicolet profite de la pandémie

• À lire aussi: Le ministre de l’Agriculture ignorait que les vaches sont nourries à l'huile de palme

Dévoilé récemment par le «Journal de Montréal», l'ajout d'huile de palme dans l'alimentation des vaches – une pratique peu connue, mais utilisée de longue date par certains producteurs laitiers – continue de susciter des questions au Québec.

Par communiqué, le syndicat défendant les intérêts des éleveurs laitiers a assuré, mercredi, prendre la situation «très au sérieux».

«Bien que l'utilisation de ce sous-produit soit faite de manière encadrée et en respect des normes gouvernementales en place, nous sommes conscients de la préoccupation environnementale liée à la production d'huile de palme», ont souligné mercredi les Producteurs de lait du Québec.

Ce faisant, le syndicat demande aux producteurs de cesser d'utiliser de l'huile de palme comme additif alimentaire, aux transformateurs d'ajuster leurs recettes en conséquence et aux conseillers en alimentation d'appuyer les producteurs pour changer le régime des vaches laitières.

«Dans ce contexte, nous exigeons également que le gouvernement et les transformateurs appliquent la réciprocité des normes sur tous les produits et ingrédients laitiers importés», ont cependant plaidé les producteurs laitiers.

«Finalement, nous espérons que l'ensemble de l'industrie alimentaire se penchera aussi sur la question, l'huile de palme étant largement utilisée comme ingrédient dans l'alimentation humaine», a aussi rappelé avec justesse le syndicat.

Dans la même catégorie