/news/coronavirus

Le temps d’écran des jeunes en hausse depuis le début de la pandémie

Le temps d’écran des jeunes Québécois a augmenté depuis le début de la pandémie de COVID-19. 

Selon l’enquête «La famille numérique» de NETendances, dont les données ont été dévoilées mercredi, 76 % des 6 à 17 ans consacrent plus d’heures à naviguer sur internet. Ce groupe d’âge passe en moyenne 10 heures par semaine à des activités sur le web, en hausse de 15 % au cours de l’année 2020, marquée notamment par l’école à distance et par des périodes de confinement.

Seize pour cent des jeunes sont collés devant leur écran de 11 à 15 heures par semaine – en hausse de 7 % –, alors que 24 % y restent pendant plus de 15 heures – un bond de 8 %.

«Nous observons également que les jeunes du secondaire continuent à passer plus de temps par semaine sur internet que les jeunes du primaire. Ce sont 59 % des jeunes âgés de 13 à 17 ans qui consacrent en moyenne plus de 10 heures par semaine sur internet, comparativement à 27 % des jeunes âgés de 6 à 12 ans», a expliqué Claire Bourget, directrice intelligence d'affaires et recherche marketing à l'ATN, par communiqué.

Les sessions sur ordinateur des jeunes sont surtout consacrées à visionner des vidéos sur YouTube, même si ce loisir a diminué en 2020, passant de 86 % à 79 %. Le jeu en ligne suit (66 %), devant les travaux scolaires (61 %) ainsi que le visionnement de séries et de films sur des plateformes comme Netflix et Club illico (51 %).

Consacrer plus de temps aux écrans fait en sorte que 13 % plus de jeunes, 70 % au total, disposent maintenant d’un profil personnel sur un réseau social. Les 13-17 ans (92 %) ont un profil personnel, devant les 6-12 ans (55 %).

Malheureusement, cette mise en vitrine sur les réseaux sociaux peut ouvrir la porte à de l’intimidation, une situation qui inquiète les parents. Près de trois parents sur cinq jugent d’ailleurs assez ou très probables les risques que leur enfant se fasse intimider sur la toile, un bond de 13 % par rapport à l’an dernier.

Parlant des parents, ils sont moins nombreux (-5 %) qu’avant la pandémie à imposer des règles relatives au temps consacré aux écrans.

«Nous constatons que certaines familles semblent avoir assoupli légèrement les règles parentales liées à l'utilisation d'internet chez leurs jeunes étant donné le contexte exceptionnel de la pandémie de la COVID-19», a mis en contexte Mme Bourget.

Soulignons enfin que 89 % des jeunes utilisent plus d'un appareil à la maison ou ailleurs, une augmentation de 18 % en un an. Ils ont recours à une tablette électronique (71 %), un ordinateur portable ou de table (69 %), une console de jeu vidéo (63 %) et un téléphone intelligent (62 %). Les assistants vocaux à domicile et les lecteurs de musique de type iPod sont utilisés par 22 % des 6-17 ans.