/regional/sherbrooke/estrie

Les semis s’envolent des tablettes des centres de jardin

Février n'est même pas terminé que certaines variétés de semis sont en rupture de stock dans des centres de jardin en Estrie.

• À lire aussi: Les potagers auront la cote en 2021

• À lire aussi: Elle fait pousser des bananiers à Montréal

• À lire aussi: Deux tournesols géants à Montréal

«Dès janvier, quand on les a reçus, il y a eu une ruée vers les semis», a relaté Mélanie Grégoire, propriétaire des Serres Saint-Élie de Sherbrooke, mercredi.

La popularité de l'horticulture a explosé avec la pandémie. «Tout le monde sur la planète, pas juste au Québec, a décidé de se faire des potagers», a ajouté Mme Grégoire à la caméra de TVA Nouvelles.

Certains fournisseurs passent plusieurs fois par semaine pour remplir les tablettes. D'autres ont même freiné la vente au grand public pour répondre d'abord à la demande des centres de jardinage.

Si on doit se dépêcher pour acheter nos semences, ça ne sert cependant à rien de les semer trop vite. Les experts suggèrent d'attendre à la mi-mars pour le faire.

Les centres de jardins ont prévu le coup. Au Jardin Eden de Sherbrooke, les commandes ont été faites en conséquence. Aux Serres Saint-Élie, six serres supplémentaires ont été aménagées cette année pour la production de légumes et de fines herbes.