/news/coronavirus

Les Variants: le CIUSSS-MCQ promet un plan plus agressif

La direction de la santé publique de la Mauricie et du Centre-du-Québec change de ton relativement à la menace des nouveaux variants et elle déploie un plan d'intervention plus agressif.

La directrice régionale de la santé publique, la Dre Marie-Josée Godi, avoue avoir une certaine inquiétude concernant les impacts de la semaine de relâche sur la propagation de la maladie à coronavirus dans la région.

• À lire aussi: COVID-19: le vaccin de Moderna contre le variant sud-africain prêt pour les essais cliniques

• À lire aussi: L'efficacité du vaccin de Johnson & Johnson confirmée

• À lire aussi: «Vacciner contre la COVID, c’est gagner contre la pandémie», dit Legault

«Évidemment, j'ai une crainte, mais je suis confiante que le respect strict des règles va limiter les risques de propagation. Puis, nous savons que les jeunes ont besoin de ces activités et de ces assouplissements pour une meilleure santé mentale. Alors, j'invite les familles et la population à se rendre dans les cinémas et à sortir à l'extérieur pour faire des activités. Par contre, rappelons que les déplacements entre les régions sont déconseillés, que le couvre-feu est toujours en vigueur dès 20 h et que les rassemblements intérieurs sont interdits», a réitéré la Dre Godi.

Depuis le 19 février, tous les tests COVID-19 positifs, recensés sur le territoire de la région, passent par la méthode de détection en laboratoire du criblage. Les équipes tentent d'identifier certaines molécules actives du virus. Les résultats sont obtenus plus rapidement et cette technique permet de révéler la présence potentielle d'un nouveau variant.

Des plans d'intervention ont été élaborés

Dans les écoles: si un jeune a un résultat positif impliquant un variant, la direction d'école devra rapidement retirer la bulle-classe et ces élèves devront passer un test de dépistage. Par contre, si la Santé publique rapporte plusieurs cas chez différents jeunes d'un même établissement scolaire, l'école devra fermer ses portes et procéder à un dépistage massif.

Dans les CHSLD et les résidences privées pour ainés, des méthodes déjà effectives seront resserrées: arrêt des admissions, stabilisation des usagers et des membres du personnel ainsi que dépistage stratégique et aux trois jours.

Auprès de la population en général: le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) a modifié ses consignes de dépistage. Dorénavant, dès qu'une personne est en attente d'un résultat, les parents et toute la fratrie doivent rester à la maison. Les délais actuels sont de 12 heures à 14 heures pour les résultats négatifs.

La vaccination s'accélère

La campagne de vaccination devrait s'accélérer dans la région. Grâce à l’arrivée de 5850 doses de Pfizer, le CIUSSS MCQ poursuivra cette semaine la vaccination des personnes habitant dans les résidences privées pour ainés.

L'opération avait commencé le 19 février avec l’arrivée de 5850 doses, dont plus de 4000 leur étaient réservées. Au cours des quatre premiers jours, près de 50 milieux ont été visités et 1786 résidents ont été vaccinés. Avec ce nouvel arrivage, c’est donc un total de près de 10 000 doses qui auront été reçues afin de vacciner une grande proportion des 12 000 résidents visés par cette opération.

À compter du 25 février prochain, la prise de rendez-vous débutera pour les personnes âgées de 85 ans et plus (année de naissance 1936 ou avant). La disponibilité des vaccins étant limitée, la réservation est obligatoire. La vaccination doit commencer durant la semaine du 15 mars.

Le CIUSSS MCQ met en place huit sites de vaccination:

Trois-Rivières: Bâtisse industrielle

Shawinigan: Aréna Gilles-Bourassa

Drummondville: Centrexpo Cogeco Drummondville

La Tuque: Centre multiservices de santé et de services sociaux du Haut-Saint-Maurice

Victoriaville: Centre communautaire d'Arthabaska

Nicolet: Aréna Pierre-Provencher

Louiseville: Centre sportif de Louiseville

Saint-Tite: Sportium municipal Saint-Tite

Les livraisons de vaccins devraient augmenter au courant des prochaines semaines, à tel point que les pharmacies et les grandes entreprises pourraient devenir des lieux de vaccination. Dès le 9 mars, la clinique de dépistage de la COVID-19 de Trois-Rivières sera déménagée dans le secteur de Trois-Rivières-Ouest, à l’aréna Jérome-Cotnoir.

Dans la même catégorie