/news/coronavirus

Ouvrons les églises!

Lettre à François Bonnardel, député de Granby et ministre des Transports

Vendredi soir dernier, je suis allé dans un commerce de Granby pour y faire quelques emplettes. Il était bondé. Des dizaines et des dizaines de personnes se croisaient dans les allées et ne respectaient pas toujours la distanciation physique requise actuellement. 

Pendant ce temps, dans les immenses églises de Granby, nous n'avons pas le droit d'accueillir plus de 10 personnes pour une eucharistie. 10 personnes!! 

Le 16 février dernier, le premier ministre du Québec, M. François Legault, a annoncé qu'à partir du vendredi 26 février, les cinémas pourront être ouverts et accueillir jusqu'à 250 personnes par salle. En point de presse, Dr Horacio Arruda a expliqué qu'il estime que le risque de propagation du virus est minime au cinéma puisque les gens achètent leur billet, s'assoient à leur siège et y demeurent jusqu'à la fin du film. Puis repartent ensuite. 

Deux poids deux mesures   

Or, c'est exactement ce qui se passe dans nos églises lorsqu'elles sont ouvertes, à la seule exception que les gens n'achètent pas de billets. Les bancs sont distanciés par des cordons; les gens demeurent à leur place durant toute la célébration. Nous allons leur porter la communion à leur banc. Puis ils repartent après la célébration. En quoi est-ce plus dangereux à l'église qu'au cinéma? Comment expliquer alors qu'il puisse y avoir jusqu'à 250 personnes par salle au cinéma alors que nos églises qui sont souvent beaucoup plus grandes sont limitées à 10 personnes? 

Je vous en prie, ne me répondez pas que c'est parce que les églises sont fréquentées majoritairement par des personnes âgées, qui sont plus à risque. Dans le commerce, vendredi dernier, il n'y avait pas que des jeunes familles. Il y avait aussi beaucoup d'ainés. Et après la relâche scolaire, qui ira au cinéma en plein jour avant le couvre-feu? Fort probablement les aînés, les autres étant occupés à l'école ou au travail. 

Il faut plus de cohérence   

En tout respect, je n'arrive plus à comprendre les décisions de votre gouvernement qui sont pleines de contradictions et d'imprécisions. Je suis bien conscient qu'il n'est pas facile de gouverner durant cette crise sanitaire inédite pour tous. Et je peux vous assurer que fréquemment, lors des célébrations diffusées virtuellement, j'invite les fidèles à vous porter dans la prière. 

J'ai un immense respect pour toutes les personnes qui doivent quotidiennement, et ce depuis des mois, prendre des décisions impopulaires et déchirantes. Il y a certainement une lassitude et une profonde fatigue. Vous avez toute mon admiration et soyez assurés de ma compassion et de ma prière. Mais il me semble qu'il doit y avoir plus de logique et de cohérence dans les mesures annoncées. 

Ce qui se passe dans les églises est très sécuritaire. Nous respectons rigoureusement les protocoles. Je vous invite à ne pas oublier que les gens n'ont pas seulement des besoins matériels ou ludiques; beaucoup de personnes ont aussi des besoins spirituels, tout particulièrement en cette période troublée.