/regional/montreal/montreal

Plus de 100 000 faux masques N95 étaient destinés à Montréal

Faxu Masque N95

Photo courtoisie

Les autorités américaines enquêtent sur une entreprise de Montréal après avoir intercepté la semaine dernière plus de 100 000 faux masques N95 qui lui étaient destinés. 

En tout, le Service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis a mis la main sur 450 boîtes de masques chirurgicaux contrefaits, à Cincinnati, dans l’État de l’Ohio. 

Chaque boîte contenait 240 faux masques de la marque 3M, pour un total de 108 000. Les paquets étaient dirigés vers Montréal sur 16 palettes en bois pouvant remplir tout un conteneur maritime. 

Faxu Masque N95

Photo courtoisie

Selon les douaniers américains, les emballages portaient la mention « Made in the USA », mais la marchandise avait été importée d’un fabricant chinois situé à Hong Kong.

« Nous ne pouvons pas divulguer le nom de l’entreprise montréalaise à qui les colis étaient destinés pour le moment en raison d’une enquête », affirme au Journal le porte-parole de l’agence américaine Steve Bansbach, qui se dit très préoccupé par la situation. 

C’est le département américain de la Sécurité intérieure, le puissant « Homeland Security », qui enquête désormais sur cette affaire. 

Le masque peut-être dangereux

« Ces produits pharmaceutiques contrefaits peuvent ne pas répondre aux normes de sécurité américaines et peuvent contenir des produits chimiques dangereux qui peuvent nuire à l’utilisateur », ajoute Steve Bansbach. 

Le Service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis précise que l’expéditeur chinois avait évalué sa cargaison de faux masques à 720 $. 

Selon le prix de détail suggéré par le fabricant, sa valeur était plutôt de 137 160 $.

Le porte-parole de la Direction régionale de santé publique de Montréal, Jean-Nicolas Aubé, affirme que son organisation est préoccupée par cette saisie chez nos voisins du Sud. 

Un problème mondial

Depuis le début de la pandémie, les responsables américains ont saisi au moins 16 millions de masques contrefaits sur leur territoire. 

Le Journal a contacté Santé Canada pour obtenir des statistiques similaires de notre côté de la frontière, mais notre demande est restée sans réponse. 

« Les faux produits de santé sont un problème mondial, et les criminels utilisent la pandémie pour faire des profits », explique Steve Bansbach, porte-parole du Service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis. 

La France a d’ailleurs annoncé cette semaine qu’elle lançait son plan de « lutte contre les contrefaçons ». 

Il s’agit d’une décision prise après que le pays eut enregistré une hausse importante des saisies de masques et de médicaments contrefaits en 2020.