/finance/homepage

Près de 6 millions $ en amendes pour FlightHub

Joël Lemay / Agence QMI

L'entreprise montréalaise FlightHub Group, qui exploite les sites de vols à rabais flighthub.com et justfly.com, et deux de ses directeurs ont écopé de 5,8 millions $ en amendes pour avoir imposé des frais cachés à leurs clients, une somme qui pourrait bien ne jamais être payée.

• À lire aussi: Incident du moteur de Boeing 777 : la piste de la «fatigue du métal» privilégiée

• À lire aussi: Avarie d'un Boeing 777: Washington demande un examen approfondi de certains moteurs

• À lire aussi: Deux heures entre les douanes et la chambre

Plus précisément, l'entreprise a reçu une sanction de 5 millions $, tandis que deux de ses directeurs, Matthew Keezer et Nicholas Hart, ont écopé respectivement d'une amende de 400 000 $, a dévoilé le Bureau de la concurrence du Canada, mercredi, dans la foulée d'un règlement entériné par le Tribunal de la concurrence.

Selon le Bureau, l'entreprise aux pratiques douteuses basée à Montréal a «facturé aux consommateurs des frais cachés, rédigé des évaluations positives de consommateurs afin de promouvoir ses services et donné de nombreuses indications fausses ou trompeuses au sujet de ses prix et de ses autres services de réservation de billets d’avion.»

Notamment, la firme s'est fait épingler parce qu'elle dissimulait des frais pour la sélection des sièges, en plus de ne pas toujours réellement les réserver pour ses clients; pour avoir augmenté des prix après l'achat de billets, ainsi que pour avoir facturé des frais supplémentaires pour des annulations ou changement de réservation, alors qu'elle faisait miroiter que ces modifications étaient gratuites, a énuméré le Bureau de la concurrence.

L'entreprise publiait aussi en ligne elle-même de faux commentaires enthousiastes en les faisant passer pour des publications de clients satisfaits. En vertu du jugement, elle devra effacer ces commentaires.

Cette décision n'aura toutefois possiblement aucun impact monétaire puisque FlightHub Group se trouve sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies depuis mai 2020. Ce faisant, la sanction est traitée comme une «réclamation non garantie».

Le Bureau de la concurrence a rappelé avoir reçu des milliers de plaintes contre FlightHub, ce qui avait mené au déclenchement d'une enquête en novembre 2018.

Dans la même catégorie