/regional/quebec/quebec

Labeaume rencontrera Legault au sujet du tramway

Photo d'archives

Les discussions sur le tramway se transportent en haut lieu. Après des semaines de tergiversations autour du plus gros projet de l'histoire de la capitale, le maire de Québec discutera directement de la question avec le premier ministre. 

• À lire aussi: Tramway à Québec: l’opposition dénonce une mascarade de la CAQ

• À lire aussi: Revenir à l'essentiel

• À lire aussi: Le ministre Bonnardel promet des «bonnes nouvelles» sur le tramway

C'est Régis Labeaume qui a initié la demande de rencontre «dans l'intérêt supérieur de la région de la Capitale-Nationale». Mardi, le maire a écrit à François Legault. «Il faut que le premier ministre s’implique. C'est le chef du gouvernement. Ça doit retomber sur son bureau», a exprimé Régis Labeaume jeudi.

«Je sollicite une rencontre avec vous et avec le ministre des Transports, François Bonnardel, afin que nous puissions travailler ensemble pour trouver une solution à ce projet important pour l'avenir de notre capitale québécoise et surtout pour sa relance économique post pandémie», a écrit le premier magistrat de Québec à M. Legault. 

Le premier ministre a accepté l'invitation, a indiqué M. Labeaume. Il a demandé que le maire rencontre d'abord M. Bonnardel, ce que M. Labeaume estime «correct».

Le maire a résumé les tiraillements des derniers jours à un objectif commun : «Vous et moi souhaitons doter la région d'un réseau performant au bénéfice de l'ensemble des citoyens», a-t-il écrit au PM.

Prêt au compromis

Le maire s'est dit «prêt aux compromis». «Mais il faut que les deux parties aient la volonté d'accepter des compromis logiques basés sur la science.»

Il a affirmé qu'il aura une proposition à faire au gouvernement. «On sait où on s'en va. [...] Ce qu'on a à proposer est logique et peut satisfaire les deux parties.» L'objectif, dit-il, doit être de ne pas retarder le projet. «On a tout ce qu'il faut pour régler très rapidement. La Ville de Québec est de bonne foi, elle veut que ça parte.»

Entente

Les dernières semaines ont donné lieu à un affrontement entre le maire et le gouvernement Legault, qui est revenu sur une entente survenue avant les Fêtes. Hier, le maire a maintenu qu'il y avait bel et bien eu une entente et que le fait qu'elle ait été discutée au conseil des ministres le démontrait. 

Malgré les embûches, il a affirmé que «jamais» il n'a eu l'intention d'abandonner son projet de réseau structurant. «C'est pas mon genre. Jamais, jamais, jamais. J'ai un peu plus de convictions que ça.»

Le maire s'est montré perplexe devant la volonté de la CAQ de couper les segments de Cap-Rouge, Sainte-Foy et Charlesbourg tout en affirmant vouloir mieux desservir les banlieues. «Moi, je viens de Québec, je sais où est la banlieue.» 

La question de l'aménagement d'un centre d'entretien à D'Estimauville a été brièvement abordée, mais le maire estime que ce serait «extrêmement compliqué.»

Dans la même catégorie