/finance/homepage

Services de garde: le manque de places impacte le milieu des affaires

CPE du carrefour

Chantal Poirier / JdeM

Le manque de places en services de garde éducatifs à l’enfance nuit à l’activité économique et le développement des entreprises, selon un sondage publié mercredi.  

Le coup de sonde de la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) révèle que la majorité de ses membres (85 %) estiment que la pénurie de places en services de garde a fortement impacté le développement de leur entreprise. 

Le retard dans le lancement de nouveaux projets et les difficultés de recrutement et d’accès à de nouveaux capitaux sont parmi les effets négatifs observés dans le milieu des affaires.

«La conciliation travail-famille représente un défi pour de nombreux parents et trop souvent, ce sont des femmes qui en sont les victimes et qui doivent retarder leur retour au travail», a indiqué par communiqué Charles Milliard, président-directeur général de la FCCQ.  

«Le manque de places empêche des milliers de femmes de poursuivre leur carrière et de participer pleinement à la société québécoise», a affirmé Geneviève Bélisle, directrice générale de l'Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE). 

Pour pallier le manque de places qui toucherait 50 000 enfants, la FCCQ recommande une évaluation du taux de couverture des places disponibles et une formation accélérée pour l’éducation à la petite enfance.