/news/currentevents

Un ex-employé aurait été recruté pour frauder un CIUSSS montréalais

Quatre individus soupçonnés d’avoir fraudé le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal pour plus de 1 million $ ont été épinglés jeudi matin par l’Unité permanente anticorruption (UPAC).

L’un des suspects, Junior-Osner Gaspard est un ancien employé du CIUSSS qui travaillait au département des comptes à payer.

PHOTO FACEBOOK

Sentant probablement la soupe chaude, il aurait démissionné «il y a quelques années» pendant que le CIUSSS enquêtait sur ses agissements.

Selon nos informations, Gaspard aurait été recruté par un groupe de fraudeurs pour détourner des fonds destinés au CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal.

Il aurait manipulé des numéros de comptes bancaires de fournisseurs pour ensuite transférer des sommes d’argent dans des comptes bancaires de prête-noms.

Il aurait également fait de la fausse facturation et de la fraude par chèques.

Junior-Osner Gaspard n’a pas encore été officiellement arrêté, lui qui se trouve présentement en Ontario. L’UPAC a toutefois indiqué que le suspect était entré en contact avec les policiers et qu’il a convenu de se rendre aux autorités à son retour au Québec la semaine prochaine.

Les autres individus ayant déjà été arrêtés sont Michel Nicol Lavoie, Kevin Folly Abalovi, Tristan Rouleau et Wilguens Exacte. Certains d’entre eux auraient tiré les ficelles de ce stratagème frauduleux, tandis que d’autres auraient seulement servi de prête-noms.

Les faits qui sont reprochés au quintette se seraient produits entre juin 2017 et juin 2018.

La fraude qui aurait été commise s’élèverait à plus de 1,1 million $, selon l’UPAC.

«Si on est rendus là aujourd’hui, c’est grâce à la vigilance de notre direction des ressources financières et de notre contentieux, qui ont identifié les anomalies et qui ont demandé aux policiers d’intervenir», a résumé Jean-Nicolas Aubé, porte-parole du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal.

Les suspects arrêtés ont été relâchés sous promesse de comparaître le 24 mars prochain, au palais de justice de Montréal.