/news/politics

Un rapport propose d’«examiner attentivement» les diplomates chinois au pays

Le comité sur les relations Canada-Chine propose au gouvernement fédéral d’«examiner attentivement» les fonctionnaires de la diplomatie chinoise en sol canadien.

Le comité suggère aussi de «faire savoir» à l’ambassadeur chinois au Canada que «toute atteinte aux droits et libertés des personnes se trouvant au Canada est inacceptable, ne sera pas tolérée et entraînera de graves conséquences pour ceux qui en sont responsables».

Ces recommandations sont incluses dans un nouveau rapport déposé jeudi à la Chambre des communes, et font suite aux révélations selon lesquelles la Chine aurait harcelé et tenté d’intimider des militants prodémocratie de Hong Kong au pays.

Plusieurs témoins entendus lors des séances du comité depuis l’année dernière ont mis à jour les tactiques d’intimidation pratiquée par la Chine pour dissuader les militants prodémocratie de Hong Kong de poursuivre leurs actions.

Rappelons que la Chine a imposé l’été dernier une loi sur la sécurité à Hong Kong qui lui permet de s’attaquer aux militants pour la démocratie. La région administrative spéciale chinoise est aux prises depuis des dizaines d’années avec une crise politique et des tensions avec la Chine continentale.

Cette loi a été qualifiée comme étant la «fin de Hong Kong» selon les opposants au régime chinois. Hong Kong est une ancienne colonie britannique.

Le comité a aussi recommandé d’aller de l’avant avec l’application de la Loi Magnitski, dont le but est d’imposer des sanctions «contre les personnes responsables ou complices de violations flagrantes des droits de la personne, des libertés et de la primauté du droit à Hong Kong». L’établissement de cette loi

Un pan du rapport se penche aussi sur un meilleur accueil au Canada des ressortissants de Hong Kong. On propose notamment de hausser le nombre de permis d’études, de séjour temporaire et de travail, ainsi que d’accélérer les demandes de parrainage.

L’idée d’une avocate canadienne concernant l’octroi de bourses d’études à des militants prodémocratie de Hong Kong a aussi été mentionnée dans le rapport, sans toutefois être incluse dans les recommandations principales.

«La réponse du gouvernement libéral à l’attaque du Parti communiste chinois contre Hong Kong est inadéquate. Ce rapport, qui bénéficie du soutien de tous les partis, présente des mesures claires que les libéraux doivent prendre», ont indiqué les conservateurs dans un communiqué jeudi.

Environ 300 000 Canadiens vivent à Hong Kong.