/news/law

Une infirmière radiée pour des propos malveillants

Woman in mask . Protection against virus, infection, exhaust .

Photo Adobe Stock

Une infirmière qui vient de terminer de purger une radiation de 14 jours pour avoir souhaité « un infarctus majeur ou un AVC » à l’ancien Dragon François Lambert a appris à la dure qu’il faut tempérer ses propos sur Facebook.

Le Conseil de discipline de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) a décidé de radier temporairement Anick Dugas de l’Ordre dont elle faisait partie depuis 2005. La principale intéressée a perdu son droit d’exercice du 4 au 17 février. 

C’est la première fois qu’une telle sanction est imposée par le Conseil.

« Les membres de la profession doivent être conscients des dangers que représente l’utilisation des réseaux sociaux », peut-on lire dans le jugement.

« La dose minimum de morphine »

En octobre 2019, l’infirmière n’avait pas lésiné sur les détails en mentionnant les soins qu’elle prodiguerait à l’entrepreneur s’il s’avérait être l’un de ses patients.

François Lambert trouvait alors que les demandes salariales des infirmières, qui réclamaient une augmentation de 21,6 % sur trois ans, étaient exagérées.

« Je vous souhaite un infarctus majeur ou un AVC majeur. On ira ajuster votre respirateur, on s’assurera que vos muscles accessoires s’épuisent pour maintenir un taux d’oxygénation minimum au cerveau [...] On s’assurera de vous donner la dose minimum de morphine pour que vous soyez assez inconfortable », s’était-elle notamment emportée.

Or, ces propos « indignes, malveillants et susceptibles de compromettre la confiance du public » ont été commentés par plus de 2000 personnes, et partagés près de 300 fois, note le Conseil. 

« Le volet de dissuasion générale revêt une importance dans le présent cas en ce que la sanction imposée doit véhiculer un message clair [...] Un professionnel demeure un professionnel lorsqu’il s’exprime sur les réseaux sociaux », lit-on.

En plus de la radiation temporaire, un avis a été publié dans le journal local de son lieu de travail et l’infirmière devra assumer les frais de justice.

Haineux, intolérable

En 2019, Dugas s’était excusée publiquement pour ses paroles, avant de réitérer son regret devant le tribunal.

« Quand j’ai relu, j’avais honte, je trouvais ça grave de réaliser que j’avais manqué de lucidité à ce point. J’ai manqué de jugement, de savoir-être, mais il était trop tard », a-t-elle relaté devant le Conseil.

À l’époque, François Lambert avait pour sa part dénoncé les propos en partageant une capture d’écran du commentaire.

« Anick n’est pas un troll, elle existe pour vrai ! [...] La prochaine étape c’est quoi ? De menacer mes enfants ? Effectivement que si je vais à l’hôpital et que je vois son nom, je “freak” ! » avait-il alors réagi.


♦ Il n’a pas été possible de joindre l’homme d’affaires vu sa participation à une téléréalité.