/news/coronavirus

AstraZeneca: 3e vaccin approuvé au Canada

Santé Canada donne son feu vert au vaccin développé par AstraZeneca afin d'inoculer les Canadiens contre la COVID. Il s’agit du 3e vaccin approuvé au pays.

• À lire aussi: AstraZeneca: 500 000 doses attendues «dans les prochaines semaines»

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

Quelque 500 000 doses sont attendues dans les prochaines semaines, a fait savoir Justin Trudeau, ce matin.

Le vaccin d’AstraZeneca, à l’image de ceux de Pfizer et Moderna, demande deux doses et doit être utilisé chez les adultes de plus de 18 ans. Son efficacité est estimée à 62,1%. Il s'agit d'un vaccin administré par voie intramusculaire.

Après la première ouverture du flacon du produit, le vaccin peut être conservé durant 6 heures à température ambiante jusqu’à 30°C ou 48 heures lorsqu'il est conservé au réfrigérateur (2 à 8°C).

Effets secondaires  

L'innocuité du vaccin a été évaluée chez 23 745 personnes ayant participé aux quatre études. Les 12 021 sujets ont reçu au moins une dose du vaccin d'AstraZeneca contre la COVID-19 et 11 724 ont reçu le contrôle (vaccin contre le méningocoque ou placebo de solution saline), informe Santé Canada.

Les effets indésirables rapportés dans les études chez les participants sont la sensibilité (75.3%), la douleur au niveau du site d'injection (54.2%), la fatigue (62.3%), les céphalées (57.5%) et la myalgie (48.6%), détaille l’agence de santé fédérale canadienne. 

L'utilisation du vaccin d'AstraZeneca contre la COVID-19 a été autorisée dans le contexte de la pandémie conformément à l'Arrêté d'urgence concernant l'importation, la vente et la publicité de drogues à utiliser relativement à la COVID-19.

Deux versions    

«Aujourd’hui, je peux annoncer que le Canada a conclu une entente avec Verity Pharmaceuticals et l’Institut Serum en Inde pour recevoir deux millions de doses du vaccin CoviShield, basé sur celui d’AstraZeneca», a ajouté le premier ministre en conférence de presse. L’arrivée de la majorité de ces doses est prévue pour le printemps. 

Ce sont deux versions du vaccin d’AstraZeneca qui ont reçu le feu vert vendredi : celui d’AstraZeneca, développé en collaboration avec l’université d’Oxford, et un second produit par le Serum Institute of India - appelé «CoviShield» -, développé en collaboration avec AstraZeneca et parrainé par l’ontarienne Verity Pharmaceuticals.

Ces homologations ont lieu «après un examen approfondi des données probantes», «en collaboration avec l’Agence européenne des médicaments dans le cadre du projet Open», a déclaré lors d’un breffage technique le Dr Marc Berthiaume, directeur du Bureau des sciences médicales à Santé Canada. 

Des vaccins différents    

Alors que les vaccins de Moderna et de Pfizer-BioNTech se fondaient sur l’ARN messager, les vaccins d’AstraZeneca sont des vaccins à vecteurs viraux, qui «reposent sur une version modifiée et inoffensive d’un autre virus, le vecteur, pour transmettre des instructions aux cellules. Les cellules commencent à fabriquer des protéines du virus de la COVID-19, ce qui amène l’organisme à développer une réponse immunitaire», a détaillé le Dr Berthiaume.

Ces vaccins ne causent pas de maladie, et aucune hospitalisation n’a été engendrée après l’administration de ce vaccin, a souligné l’expert.

De plus, le vaccin d’AstraZeneca a une «logistique plus simple», ce qui permettra «une accessibilité accrue» pour faciliter les efforts de vaccination au pays, a ajouté le Dr Berthiaume.

Celui-ci n’a mené à aucune réaction menant à une hospitalisation parmi tous ceux qui l’ont reçu, contrairement aux vaccins de Pfizer et de Moderna, toujours selon l'expert.

D’autres vaccins en cours de route    

De l’avis du Dr Berthiaume, les deux autres vaccins en demande d’autorisation, soit ceux de Novavax et de Johnson & Johnson, pourraient être homologués plus tôt que tard, en même temps que les agences de santé d’autres nations, dont la Food & Drug Administration (FDA) aux États-Unis.

Dans le cas de Novavax, la demande d’homologation a été déposée au Canada le 29 janvier, tandis que celle de Johnson & Johnson a été remise le 30 novembre dernier.

«Le fait de disposer de vaccins supplémentaires provenant de différents fabricants, va permettre de vacciner un plus grand nombre de personnes plus rapidement et d’offrir plus d’options de vaccination», a déclaré le Dr Berthiaume.

Santé Canada continuera de surveiller les résultats des vaccinations, et signale que l’approvisionnement pourrait changer si devaient survenir des problèmes d’innocuité.

«Les homologations d’aujourd’hui [vendredi] vont offrir aux provinces et aux territoires davantage d’options à un moment ou l’offre est limitée», a souligné l’expert.