/news/coronavirus

«C’est la relâche de tous les espoirs»

Cette année, la relâche scolaire n’est pas seulement synonyme de repos pour les enfants, mais aussi d’assouplissement des mesures sanitaires, un allègement bien accueilli par le Dr Mathieu Simon. 

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: AstraZeneca: 3e vaccin approuvé au Canada

«C’est la relâche de tous les espoirs. J’accueille favorablement le relâchement des mesures sanitaires», affirme le chef de l'unité des soins intensifs de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec en entrevue au Québec Matin. 

La situation relativement à la COVID-19 s’améliore dans le réseau de la santé, constate-t-il, et la vaccination, qui commence à s’étendre à la population en général depuis jeudi, apporte une lueur d’espoir. 

«On touche au but. La relâche va être une expérience encore une fois», soutient le Dr Simon. 

Selon lui, la province procède de la bonne manière en assouplissant seulement certaines mesures sanitaires à la fois. 

«Si on se rend compte, comme on l’a fait depuis le 8 février dans les autres régions du Québec qui sont passées en Orange, qu’il n’y a pas eu de rehaussement de l’activité virale, on pourra faire plus large par la suite», dit le chef de l'unité des soins intensifs.

Le Dr Mathieu Simon est d’avis que l’assouplissement des mesures doit se faire progressivement. 

«Je pense qu’il faut y aller progressivement à l’intérieur même des couleurs. Je pense que le couvre-feu, par exemple, a montré que ça produisait ses effets, donc on pourrait relâcher certaines mesures tout en conservant le couvre-feu, par exemple», soutient-il. 

Ces mesures, bien que draconiennes pour certains, pourraient faire en sorte que les variants ne deviennent pas un enjeu majeur dans la province. 

«Chose certaine, c’est qu’on a montré que, malgré le variant qui fait peur à bien des gens, si on respecte des règles sociales, peut-être sévères, mais quand même acceptables, et qu’on se vaccine, le variant ne sera pas un enjeu majeur si on continue comme ça», croit-il. 

Écoutez l’entrevue complète du Dr Mathieu Simon dans la vidéo ci-dessus.