/news/currentevents

Fausses cartes de Lafrenière: une femme de 54 ans arrêtée

Photo courtoisie, SPVQ

Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) croit avoir mis la main sur la responsable des cartes contrefaites d’Alexis Lafrenière au Tournoi international de hockey pee-wee de Québec.

• À lire aussi: Des fausses cartes de hockey avec l’image d’Alexis Lafrenière en circulation

Les policiers ont procédé à l’arrestation d’une femme de 54 ans de Chaudière-Appalaches, tôt mercredi matin, et « plusieurs cartes de hockey et du matériel informatique ont été saisis ».

Des centaines de cartes ont été saisies, dont plusieurs à l’image d’autres joueurs que Lafrenière, et sont actuellement à l’analyse. Rien n’indique pour l’instant que toutes ces cartes ont été contrefaites, précise toutefois le porte-parole du SPVQ, Pierre Poirier.

Aucune accusation n’a encore été portée contre la suspecte.

C’est le Tournoi pee-wee qui avait soulevé le problème à la police de Québec en décembre dernier, après avoir remarqué que des cartes d’Alexis Lafrenière étaient offertes sur plusieurs sites de revente et se détaillaient à près de 100 $.

Le problème? Les Seigneurs des Mille-Îles, pour qui Lafrenière jouait en 2013, n’avaient pas fait faire de cartes pour leurs joueurs.

Le directeur général du Tournoi pee-wee était heureux et soulagé que la potentielle coupable de cette fraude ait été arrêtée.

«Pour nous, c’est du bonbon. On est à nos affaires et si tu as envie de faire quelque chose d’illégal en utilisant le Tournoi pee-wee, ça se pourrait qu’on s’en rende compte. Chaque année, on fait le tour des sites de revente pour voir les articles en lien avec le tournoi disponibles et on va continuer de le faire. La majorité du temps, c’est légal, et on a même déjà acheté des pièces de collection.»

Dossier clos pour Dom

Même si son logo a été utilisé à des fins de revente, Dom n’a pas l’intention d’aller plus loin dans cette affaire.

«L’important pour nous, c’est qu’une personne ait été arrêtée. On voulait s’assurer que la vente de ce genre de cartes arrête par respect pour les collectionneurs. Le reste, c’est du bonus.»

Lors de la dénonciation du Tournoi pee-wee en décembre, de fausses cartes pee-wee de Lafrenière étaient en vente depuis plusieurs endroits différents, dont Winnipeg et Edmonton.

«L’enquête suit son cours et à savoir si elle va nous mener à d’autres endroits ou vers d’autres personnes impliquées, il est trop tôt encore», a ajouté M. Poirier.

D’ailleurs, le SPVQ invite toujours les personnes qui auraient des informations en lien avec ces cartes contrefaites à communiquer avec lui.