/news/politics

Guzzo veut prêter ses cinémas au gouvernement

L’homme d’affaires Vincent Guzzo qui a refusé de rouvrir ses cinémas parce qu’il est interdit de vendre boissons et de nourriture dans ces établissements, affirme avoir proposé de prêter tout à fait gratuitement ses salles au gouvernement. 

 • À lire aussi: Pandémie: les contaminations repartent à la hausse

• À lire aussi: Plusieurs cinémas Cineplex rouvriront ce week-end

En entrevue à TVA Nouvelles, il soutient avoir téléphoné au cabinet du ministre de la Santé Christian Dubé, en proposant ses salles qui pourraient servir, croit-il, à la campagne de vaccination. 

«Tant qu’à être fermé, j’ai appelé au bureau du ministre de la Santé et j’ai parlé à son ‘’chief of staff’’, et je lui ai offert mes cinémas gratuitement pour que la vaccination puisse se faire le plus vite possible», explique-t-il en entrevue. 

Il juge que le retour rapide à une vie normale dépend de la vaccination qui doit aller rapidement. 

«C’était une offre que j’ai faite gratuitement, je ne veux pas faire une offre de service et me faire payer pour cela, au contraire. Les cinémas sont fermés, on va les ouvrir. Même s’ils ont besoin de huit semaines consécutives, il n’y a pas de problème. On peut isoler x nombre de salle pour une période de huit semaines», dit-il.

Cette proposition arrive alors que l’ouverture des cinémas est finalement autorisée vendredi après une fermeture de plusieurs semaines. La vente de boisson et de nourriture est permise en zone orange, mais pas en zone rouge. 

Le propriétaire des cinéma Guzzo s’était braqué contre l’annonce gouvernementale de l’ouverture des cinémas sous certaines conditions, qu’il jugeait «incohérente». Sans les concessions alimentaires, les ventes pour Guzzo seraient à perte pendant la semaine de relâche, a-t-il affirmé. 

Le gouvernement Legault avait finalement annoncé qu’il donnerait une «compensation financière» pour la partie alimentaire des cinémas qui allaient ouvrir leurs portes.

Cette compensation sera en fait la prolongation de l’Aide aux entreprises en régions en alerte maximale (AERAM), soit 15 000 dollars pour couvrir les frais fixes, selon ce que l’émission «À vos affaires» a appris la semaine dernière auprès de plusieurs ministères.

Dans la même catégorie