/finance/homepage

Kruger récolte encore des millions en aide financière de Québec

L’usine Kruger de Sherbrooke dans l’arrondissement de Brompton.

Photo d'archives

L’usine Kruger de Sherbrooke dans l’arrondissement de Brompton.

Le gouvernement du Québec vient une fois de plus en aide à la papetière Kruger avec deux nouvelles contributions totalisant près de 200 M$, en soutien à ses usines de Sherbrooke et de Trois-Rivières.

La plus importante d’entre elles concerne un investissement de 240 M$ ayant pour objectif d’accroître ses activités dans la région de Sherbrooke dans l’espoir d’en faire un pôle pour la fabrication de produits de papier tissu. 

De cette somme, 165 M$ sont accordés par Investissement Québec sous forme de prêt à « 2 % d’intérêt » remboursable sur une période « de 10 à 15 ans », a précisé au Journal, vendredi, le ministre de l’Économie et de l’Innovation du Québec, Pierre Fitzgibbon.

Par cet investissement, l’entreprise, tenue jalousement privée depuis trois générations de la famille Kruger, entend repositionner l’usine de l’arrondissement Brompton de Sherbrooke vers le marché des papiers tissus. 

Une nouvelle machine à papier tissu et deux lignes de transformation y seront installées au cours des trois prochaines années. À terme, 169 emplois, dont 141 chez Produits Kruger, pourraient être créés.

Renflouement de pertes 

Par ailleurs, Kruger Papiers de spécialité recevra une aide financière supplémentaire de 88,1 M$, dont 34,8 M$ d’Investissement Québec, pour essuyer ses pertes de 2020. Pour mémoire, cette coentreprise dont Québec est partenaire à 37,5 % depuis 2017 a pris la décision de fermer ses installations de Brompton en avril, entraînant la perte de 189 emplois.

Une partie des fonds couvrira les frais d’exploitation pour le redémarrage de sa centrale de cogénération de Brompton, tandis que le reste servira à assurer la pérennité de son usine Wayagamack, de Trois-Rivières, dont l’avenir était depuis apparemment compromis.

Par la voix d’un communiqué, diffusé vendredi après-midi, le Syndicat des travailleurs et travailleuses des pâtes et du papier de Brompton, affilié à la CSN, a déploré que 270 membres, à pied depuis bientôt un an, ne puissent accéder aux nouveaux emplois créés sans renoncer à leurs années d’ancienneté.

Une tradition qui se poursuit 

Ce n’est évidemment pas la première fois que l’entreprise de pâtes et papiers fondée en 1904 profite de l’aide de Québec. 

En outre, sa toute nouvelle usine de papier tissu de l’arrondissement de Brompton, un projet de 575 M$ annoncé en 2018, a profité d’un prêt de Québec de 105 M$.

En 2017, Québec annonçait une prise de participation de 44,6 M$ dans Kruger Papiers de spécialité et un prêt de 47,5 M$ à son usine Wayagamack de Trois-Rivières. L’année d’avant, en 2016, c’est un prêt de 39,5 M$ qui lui était accordé dans le cadre d’un projet de modernisation de 55 M$ de son usine de Crabtree. 

Puis en 2015, Québec annonçait une prise de participation de 106 M$, par l’entremise d’Investissement Québec, au capital de la société en commandite Kruger Holding. Le jour même, Québec annonçait un prêt de 84 M$ à Kruger Trois-Rivières dans le cadre d’un projet de modernisation de 250 M$.

- Avec la collaboration de Pascal Dugas Bourdon

Les millions de Québec pour Kruger  

2021  

  • Prêt de 165 M$  
  • Recapitalisation de 34,8 M$   

2018  

  • Prêt de 105 M$   

2017  

  • Prise de participation 44,6 M$  
  • Prêt de 47,5 M$   

2016  

  • Prêt de 39,5 M$   

2015  

  • Prise de participation de 106 M$  
  • Prêt de 84 M$