/news/coronavirus

La pandémie rebondit en raison du variant anglais

Le variant britannique du coronavirus, apparu fin 2020 et plus contagieux, est désormais dominant en Belgique, ont indiqué vendredi les autorités sanitaires, sur fond de rebond des infections.

• À lire aussi: AstraZeneca: 3e vaccin approuvé au Canada

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

«La semaine dernière, on estime que 53% des contaminations ont été causées par le variant britannique, contre 38% la semaine précédente», a déclaré un porte-parole des autorités, le virologue Steven Van Gucht, lors d'une conférence de presse.

C'est la première fois que cette souche du virus compte pour plus de la moitié des contaminations. Les variants sud-africain (2,2%) et brésilien (0,9%) restent quant à eux très minoritaires.

En France, la souche britannique concerne «à peu près la moitié» des cas de COVID-19, selon le gouvernement.

La Belgique, qui donne chaque jour une moyenne quotidienne calculée sur les sept derniers jours, enregistrait vendredi un bond de 24% des infections par rapport à la semaine précédente.

2300 nouveaux cas par jour 

Avec près de 2 300 infections par jour, le pays retrouve des niveaux qu'il ne connaissait plus depuis un mois environ, selon M. Van Gucht.

Toutes les tranches d'âge sont touchées sauf les plus de 80 ans, un effet de la vaccination qui a d'abord concerné à partir de janvier les résidents et employés de maisons de retraite.

Dans ce pays de 11,5 millions d'habitants, durement touché par la pandémie (la barre des 22.000 morts a été franchie vendredi), les hospitalisations de patients COVID repartent également à la hausse, a souligné M. Van Gucht.

Sur 1.761 malades hospitalisés, 368 le sont en soins intensifs, soit «une augmentation frappante de 17%» en une semaine, a dit le virologue, évoquant des foyers d'infection dans certains hôpitaux du pays.

La Belgique vit en confinement partiel depuis près de quatre mois. Les écoles sont restées ouvertes mais l'enseignement se fait à distance pour les étudiants, tandis que bars, restaurants et salles de spectacles sont fermés.

En outre, les voyages non essentiels à l'étranger sont interdits depuis le 27 janvier, une mesure qui a valu à la Belgique une demande d'explication de la part de la Commission européenne.

Le rebond des infections intervient alors qu'une part croissante de la classe politique exige des assouplissements, au risque d'isoler le premier ministre Alexander De Croo et son ministre de la Santé Frank Vandenbroucke, partisans d'une grande prudence.

Une réunion des dirigeants belges autour de M. Croo, associant les chefs d'exécutifs régionaux, doit se tenir vendredi après-midi pour évoquer des demandes d'assouplissements.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.