/news/coronavirus

Obligé d’annuler son voyage d’affaires après des résultats de tests contradictoires

Un homme de Drummondville s’est aperçu cette semaine que voyager en temps de pandémie réserve son lot de surprises, se voyant dans l’obligation d’annuler son voyage essentiel d’affaires en Équateur après avoir reçu des résultats différents à des tests de dépistage.

Propriétaire d'une clinique d'orthothérapie fermée depuis mars dernier, Frédéric Pagé devait bientôt procéder à sa réouverture dans ce petit pays d’Amérique du Sud.

Conscient qu’il doit présenter une preuve qu’il n’a pas la COVID-19, il a passé samedi un premier test par gargarisme, qui s’est avéré négatif.

Mais pour prendre l'avion, il avait besoin d'un test par écouvillonnage nasopharyngé en clinique privée.

Il s’est donc rendu lundi aux laboratoires Biron de Brossard. Or, à sa grande surprise, ce test était positif à la COVID-19.

N’y comprenant rien, M. Pagé s’est adressé à la santé publique, qui l'a invité dès le lendemain à passer un nouveau dépistage à son centre de Drummondville. Le résultat est redevenu négatif.

Malheureusement, la confirmation écrite du CIUSSS de la Mauricie et du Centre-du-Québec ne lui permettait pas pour autant de s'envoler pour l'Équateur.

Contrairement aux États-Unis, où n’importe quel test rapide suffit, seuls les tests PCR (écouvillonnage nasopharyngé) passés 72 heures avant de monter à bord sont autorisés en Amérique du Sud.

Le doute semé dans son esprit, Frédéric Pagé ne sait pas ce qu’il entend faire. Il n’est guère enthousiaste à l’idée de reprendre un autre billet d’avion et de repayer 250$ au privé pour un nouveau test sans être certain du résultat.