/news/law

Une accusée pense plus au Mexique qu'à son bébé mort!

Jadrino Huot / AGENCE QMI

Une mère en proie à de graves problèmes psychiatriques pense plus à ses prochains voyages au Mexique qu’à son bébé qu'elle aurait momifié pendant près d'un an après son décès.

• À lire aussi: Gatineau: un bébé aurait été momifié par sa mère pour jouer à la poupée

• À lire aussi: Bébé retrouvé mort à Gatineau: une femme de 26 ans arrêtée pour outrage à un cadavre

Ces constats ressortent d’une expertise psychiatrique portant sur la responsabilité criminelle de Karoline Berger, cette jeune mère de 26 ans arrêtée à Gatineau le mois dernier qui aurait enrubanné son nouveau-né décédé afin de pouvoir jouer à la poupée avec sa dépouille.

À la demande du tribunal, le psychiatre légiste Louis Morissette de l’Institut Philippe-Pinel avait été mandaté pour faire une évaluation de l’état mental de l’accusée au moment des événements.

Selon son rapport daté du 17 février, «il est impossible de discuter avec elle de ce qui l’amène en détention, des accusations. Elle répète constamment que son avocat a tout réglé, qu’elle s’en ira au Mexique bientôt.»

Inapte

Le médecin continue en disant qu’il est impossible d’obtenir quelque information pertinente de sa part : «Elle ne veut pas parler. Lorsque nous lui demandons si elle sait de quoi elle est accusée, elle est incapable de le préciser.»

Mme Berger ajoute qu’elle n’a pas besoin de comparaître au tribunal, car «le juge n’a pas à se mêler de ses affaires».

À la lumière de ces discussions, le Dr Morissette juge que, cliniquement, elle semble inapte à subir un procès. La juge Anouk Desaulniers a donc rendu vendredi après-midi une ordonnance pour évaluer de nouveau l’état mental de l’accusée lors des faits qu’on lui reproche, soit essentiellement outrage à un cadavre.

Coiffeur

Karoline Berger a brièvement comparu vendredi après-midi par vidéoconférence. Malgré la courte durée de sa présence à l'écran, elle a mentionné s’«objecter» aux procédures judiciaires à trois reprises.

Comme à une autre occasion plus tôt cette semaine, elle a parlé de sa coupe de cheveux et qu’elle avait un rendez-vous avec un coiffeur.

Rappelons que les policiers ont arrêté Karoline Berger le 16 janvier dernier dans un appartement de la rue des Étudiants, à Gatineau.

Sa prochaine comparution aura lieu vendredi prochain et elle saura alors si elle est apte ou non à subir un procès.