/news/politics

Une école qui carbure au dioxyde de carbone

École St-Judes

Photo Pierre-Paul Poulin

L’air de toutes les classes testées de l’école primaire Saint-Jude, en Montérégie, était trop chargé en CO2, de quoi inquiéter les parents des jeunes.

• À lire aussi: COVID-19: des tests de qualité de l’air dans toutes les écoles d’ici la mi-mars

Dans une lettre transmise aux parents des élèves de cette école de Châteauguay, le Centre de services scolaire des Grandes-Seigneuries (CSSDGS) indique que les concentrations de dioxyde de carbone dépassent la limite recommandée de 1000 parties par million (ppm) dans les 10 classes qui ont été analysées le 5 février.

« Quatre d’entre elles présentaient des taux se situant entre 1000 et 1500 ppm ; deux entre 1500 et 2000 ppm ; et quatre au-dessus de 2000 ppm », précise-t-on.

Des résultats qui font craindre le pire chez les parents d’écoliers, surtout avec la multiplication des cas de mutation du coronavirus au Québec.

Indignation

Une maman dont les enfants fréquentent l’établissement, qui a souhaité conserver l’anonymat, n’en revient pas.

« Nous respectons les consignes, nous ne voyons ni amis ni famille. [...] Nous avons accepté de laisser nos enfants retourner à l’école, car les mesures prises semblaient adéquates. M. Roberge parlait d’un 3 % de classes ayant un problème de ventilation. Pourtant, 100 % des classes testées à notre école en ont !  

« On parle de variants, encore plus contagieux que la première souche, et dans la même semaine, on apprend que nos classes dépassent du double la limite de concentration de CO2. Où sont les purificateurs d’air ? » ajoute-t-elle. 

Elle réclame une qualité de l’air décente pour ses enfants.

La Santé publique reconnaît la transmission par aérosols du coronavirus, mais les autorités ne recommandent pas de purificateurs d’air dans les salles de classe.

Aération et vêtements chauds

« Lorsque les résultats des mesures prises dépassent le seuil recommandé par le ministère de l’Éducation, afin de se rapprocher le plus possible du seuil recommandé, le CSSDGS demande aux directions d’établissement d’appliquer [...] des mesures correctrices à faire dans les plus brefs délais pour favoriser l’aération des locaux », fait valoir la porte-parole Hélène Dumais.

Les fenêtres devront être ouvertes plus fréquemment et la porte du local devra rester ouverte en tout temps. 

« Pour plus de confort, il serait préférable de prévoir pour votre enfant des vêtements adéquats », recommande-t-on d’ailleurs aux parents.

De nouveaux tests seront faits pour vérifier si les mesures correctrices ont l’effet escompté sur l’apport d’air souhaité, souligne Mme Dumais. Si les résultats de la nouvelle mesure de CO2 ne s’avèrent pas concluants, le CSSDGS procédera à des évaluations et à des travaux correctifs.