/news/culture

Cinq choses à suivre lors de la cérémonie des Golden Globes

Pour la première fois depuis longtemps, les vedettes d'Hollywood ne fouleront pas dimanche soir le tapis rouge des Golden Globes, mais les premières grandes récompenses de l'année pour le cinéma et la télévision restent très importantes pour une industrie secouée par la pandémie.

• À lire aussi: La soirée des Golden Globes 2021 en chiffres

Voici cinq choses à suivre si vous comptez faire partie des téléspectateurs qui regarderont cette cérémonie virtuelle.

L'an dernier à la veille de la remise des Golden Globes, Netflix se frottait déjà les mains et suscitait l'envie de tous ses concurrents. Largement en tête avec 34 nominations, la plateforme de vidéo à la demande semblait enfin devoir s'imposer dans la cours des grands d'Hollywood.

Mais la cérémonie a déjoué tous les pronostics et Netflix est finalement repartie avec seulement deux récompenses.

Cette année sera-t-elle la bonne pour le géant mondial du divertissement ? Netflix a beau afficher un nombre record de nominations, 42 au total, la prudence reste de mise.

L'une des seules récompenses remportées l'an dernier par Netflix avait été décernée à Olivia Colman, dont l'interprétation de la reine Elizabeth II dans «The Crown» avait conquis le jury.

Valeur sûre des Golden Globes, la comédienne britannique a jusqu'à présent toujours transformé l'essai, qu'il s'agisse de la série «The Night Manager» en 2017 ou du film «La Favorite» l'an dernier.

Olivia Colman pourrait faire encore mieux cette année puisqu'elle est une nouvelle fois sélectionnée pour «The Crown», mais aussi pour le film dramatique «The Father».

Elle pourrait ne pas être la seule à réussir un tel doublé.

Son compatriote Sacha Baron Cohen compte parmi les favoris dans deux genres bien différents, «Borat 2» côté comédies et «Les Sept de Chicago», drame mettant en lumière la répression des manifestations contre la guerre du Vietnam en 1968.

Partenaire de Colman dans «The Father», le légendaire Anthony Hopkins est toujours un candidat à prendre au sérieux durant la saison des prix cinématographiques.

Mais étonnamment, il n'a jamais été élu en compétition par le jury des Golden Globes, malgré sept nominations depuis 1979.

L'acteur britannique doit se contenter à ce jour d'une récompense honorifique, le prix Cecil B. DeMille, pour l'ensemble de sa carrière.

Lorsqu'il avait été sacré aux Oscars en 1992 pour sa performance glaçante de tueur en série dans «Le Silence des Agneaux», les membres de l'Association de la presse étrangère d'Hollywood, qui organise les Golden Globes, lui avaient préféré Nick Nolte, pour «Le Prince des Marées».

Si la huitième nomination est enfin la bonne cette année pour Anthony Hopkins, il deviendra à 83 ans l'artiste le plus âgé à recevoir le Golden Globe du «meilleur acteur».

Ces dernières années, peu de catégories ont suscité autant de polémiques que celle du «meilleur film en langue étrangère».

Des récits mettant en scène des immigrés aux États-Unis, comme «L'Adieu» de Lulu Wang l'an dernier, ont systématiquement été interdits de concourir dans les catégories principales au motif que plus de la moitié de leurs dialogues ne sont pas en anglais.

Certains critiques ont toutefois estimé que la règle ne semblait pas s'appliquer aussi strictement à certains poids lourds, comme Quentin Tarantino et son film polyglotte «Inglorious Basterds».

Cette année, c'est «Minari», film sur une famille américaine d'origine sud-coréenne à la recherche d'une nouvelle vie à la campagne, qui est au coeur de la controverse.

L'an dernier, le film sud-coréen «Parasite» avait concouru - et gagné - dans cette catégorie du meilleur film étranger, et avait remporté la récompense suprême aux Oscars quelques semaines plus tard.

La région de Los Angeles étant encore soumise à des restrictions sur les rassemblements et événements publics en raison de la pandémie de coronavirus, la cérémonie des Golden Globes a sans surprise renoncé à sa traditionnelle soirée de gala de Beverly Hills pour une fête uniquement virtuelle.

Mais les organisateurs en ont profité pour introduire un brin d'originalité: la cérémonie se tiendra à cheval entre la Californie et New York, avec deux maîtresses de cérémonie (les comédiennes Amy Poehler et Tina Fey) qui se passeront le relais d'une côte à l'autre.

Dans la même catégorie