/finance/homepage

D'anciens athlètes gagnants dans le sport, mais perdants en affaires

Plusieurs athlètes québécois ont connu la gloire et la richesse grâce à leur sport, mais se sont retrouvés après leur carrière dans l’embarras en raison de projets financiers douteux.       

  • Écoutez les détails de l’enquête du journaliste Jean-François Cloutier ici   

Mauvais placements, entreprises trop risquées, problèmes personnels, entourage malsain, pour toute sorte de raisons, d’ex-vedettes du sport d’ici ont eu bien du mal à gérer leur argent dans les dernières années.

Le cas récent de l’attaquant des Sharks de San Jose Evander Kane, qui a déclaré une faillite de 26 millions $ US après avoir engrangé plus de 50 M$ US en revenus, a levé le voile sur une réalité aussi présente au Québec.

Les requins rôdent  

Malgré beaucoup d’argent gagné en peu de temps, certaines ex-stars du sport au Québec sont loin de vivre richement.

« Les requins, ils ne sont pas tous dans l’océan », commente l’ancienne gloire du Canadien Guy Lafleur, qui a lui-même connu des difficultés en affaires. Selon lui, les anciennes vedettes du sport doivent faire attention de ne pas trop se fier à des conseillers ou des associés malavisés qui les flattent dans le sens du poil.

Le monde des affaires est aussi compétitif que le monde du sport professionnel : personne ne se donne de chance, selon Flower.

Notre Bureau d’enquête a retrouvé au moins neuf athlètes qui ont été actifs au Québec et qui ont eu des problèmes d’ordre financier. Pour certains, cela a mené carrément à l’insolvabilité.

Selon le professeur d’économie à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) Phillip Merrigan, la plupart des athlètes professionnels gagnent suffisamment d’argent de nos jours pour ne plus avoir, en théorie, à travailler après leur carrière.

Ils sont de mieux en mieux encadrés par des agents qui prennent en charge des pans entiers de leur vie. Certains se retrouvent malgré tout en difficulté financière.

« En général, c’est parce qu’il y a un problème personnel. Dans le cas de Kane, c’était du jeu. Dans d’autres cas, c’est des problèmes de drogues », explique le professeur Merrigan.

D’autres athlètes, considérés comme des « plombiers » dans leur sport ou qui évoluent dans des ligues moins payantes, peuvent essayer de faire un coup d’argent rapide qui leur cause des problèmes, selon le professeur.

Les plus vieux athlètes, de leur côté, n’ont pas profité des salaires mirobolants que les plus jeunes reçoivent aujourd’hui. Pour continuer à gagner leur vie, plusieurs se sont lancés dans des projets risqués, en restauration notamment, sans grand succès. 

Tour d’horizon de quelques déconfitures récentes.

Beaucoup d’argent perdu dans le Bleu Blanc Rouge  

La légende du Canadien Guy Lafleur admet candidement avoir perdu « beaucoup d’argent » dans l’aventure du restaurant Bleu Blanc Rouge à Rosemère, il y a une dizaine d’années.

  Pour lire la suite, cliquez ici... 

Projet de condos ruineux et problèmes d’impôt  

Francis Bouillon croyait bien faire quand il a décidé de venir en aide à l’organisme Jeunes Sportifs d’Hochelaga à la fin des années 2000. Cet organisme cherchait à vendre un immeuble de la rue Préfontaine à Montréal pour se financer.

  Pour lire la suite, cliquez ici...

Spa et pizzeria cédés  

 L’ex-gardien de but étoile des Devils du New Jersey Martin Brodeur aurait investi un quart de million de dollars dans un spa nordique à Saint-Adolphe-d’Howard, dans les Laurentides, dans les années 2000. 

Pour lire la suite, cliquez ici...

Un piètre gestionnaire, selon une juge  

L’ancien homme fort des Oilers d’Edmonton, des Penguins de Pittsburgh et du Canadien Georges Laraque a défrayé la chronique après sa retraite du sport, mais malheureusement pas toujours pour les bonnes raisons.

Pour lire la suite, cliquez ici...

Conflit autour d’un gym  

L’ex-joueur Stéphane Quintal s’est associé avec un magnat montréalais des gyms, Leonard Schlemm, pour ouvrir en 2009 un gym dans le centre d’entraînement du Canadien à Brossard, mais ce projet a tourné au vinaigre.

Descente aux enfers             

L’après-carrière de Donald Brashear peut sans doute être qualifiée de descente aux enfers. L’ancien homme fort du Canadien a connu énormément de problèmes de toutes sortes.

Investissements ratés au Québec et aux États-Unis             

Le président et ex-joueur étoile des Kings de Los Angeles, Luc Robitaille, aurait perdu un quart de million de dollars dans un investissement dans les années 2000 dans une entreprise de Québec, Corporation Réseau Nemex, selon ce que nous a indiqué l’ex-patron de l’entreprise, Karl Talbot.

Une poursuite contre lui « qui frôle l’extorsion »              

Les efforts de la superstar internationale de soccer Didier Drogba pour aider un jeune entrepreneur montréalais auront fini par lui coûter une fortune, selon ses allégations dans un dossier de cour.

Un centre de soccer qui a fait mal            

L’ancien joueur de l’Impact Hassoun Camara a publié un livre sur l’entrepreneuriat, Saisir sa chance, peu de temps après avoir remisé ses chaussures à crampons, mais il a dû se déclarer insolvable à la fin 2019 et faire une proposition à ses créanciers.