/finance/homepage

Francis Bouillon: Projet de condos ruineux et problèmes d’impôt

chronique top modèle

Photo Chantal Poirier

Francis Bouillon croyait bien faire quand il a décidé de venir en aide à l’organisme Jeunes Sportifs d’Hochelaga à la fin des années 2000. Cet organisme cherchait à vendre un immeuble de la rue Préfontaine à Montréal pour se financer.  

• À lire aussi: D'anciens athlètes gagnants dans le sport, mais perdants en affaires

  • Écoutez les détails de l’enquête du journaliste Jean-François Cloutier ici   

Malheureusement, cette aventure allait finir par lui coûter 2,6 millions $.

Selon ce qui ressort de documents de cour, c’est en tentant d’aménager des condos dans cet immeuble que Bouillon s’est brûlé les doigts.

Le hockeyeur s’est associé dans le projet, appelé plus tard Immobilier 51, avec deux partenaires à qui il finira par leur reprocher une mauvaise gestion.

Selon un affidavit de Bouillon déposé en cour, lui-même n’avait aucune expérience dans ce genre de projet.

« Il était impossible pour moi de gérer le projet. Monsieur David Olivier était responsable de la gestion du projet, incluant, entre autres, la décontamination du terrain, la restauration de l’immeuble et la vente du projet à un développeur immobilier », explique Bouillon dans un affidavit.

De 2009 à 2012, Bouillon a évolué pour le Canadien et les Predators de Nashville et il se trouvait à l’extérieur de Montréal la majorité du temps. 

Aucune expérience

« Le Projet Immobilier 51 est le seul projet immobilier dans lequel j’ai été impliqué jusqu’à ce jour et je n’avais aucune expérience dans la gestion et le financement d’un projet immobilier avant mon implication dans ce projet », fait-il valoir.

Alors que les ventes de condos ne se concrétisent pas et que les coûts de construction grimpent en 2013, Bouillon a dû sortir de sa poche 1,5 million $ de plus pour apaiser des prêteurs. Une réorganisation au même moment mène à une dispute d’argent avec son partenaire, Olivier.

En fin de compte, Bouillon a obtenu un jugement en février 2018 pour pouvoir saisir des biens de son partenaire, Olivier. 

Ce dernier s’est toutefois déclaré insolvable peu après. Un des créanciers du projet, Sécur Finance, a aussi fait une proposition à ses créanciers.

Stress énorme

SPO-CAMP-PERFECTIONNEMENT-CANADIENS

Photo d'archives, Agence QMI

L’ex-défenseur du CH ne cache pas l’impact qu’a eu ce projet sur sa vie.

« La situation déficitaire du projet ainsi que la pression financière exercée par les créanciers de celui-ci me causent, à moi et à ma famille, un stress énorme », dit Bouillon.  

L’ancien hockeyeur n’était pas au bout de ses peines. En 2020, Revenu Québec a inscrit sur une de ses propriétés un préavis de vente sous contrôle de justice pour des dettes fiscales totalisant plus d’un demi-million $. La propriété a été vendue par Bouillon quelques mois plus tard.

Aujourd’hui, Francis Bouillon, plutôt que de brasser des affaires, s’occupe d’entraîner de jeunes joueurs du CH. L’ancien partenaire de Bouillon, David Olivier, n’a pas voulu commenter lorsqu’on l’a joint au téléphone au début de l’année.

« Seuls le DG, le coach et les joueurs font des entrevues médias pendant la saison. Ce ne sera donc pas possible [pour une entrevue avec Bouillon] », nous a écrit Paul Wilson, vice-président principal affaires publiques et communications au Groupe CH.