/news/coronavirus

François Legault se dit optimiste grâce à la vaccination

TVA NOUVELLES/AGENCE QMI

Voulant donner de l’espoir aux Québécois avec la vaccination de masse qui s’amorce, le premier ministre François Legault a dit samedi qu’il n’a pas été aussi confiant en l’avenir depuis un bon moment.

«Ça fait longtemps que je ne me suis pas senti aussi optimiste, a-t-il écrit dans un long message sur Facebook alors qu’on soulignait le premier anniversaire du tout premier cas diagnostiqué au Québec, le 27 février 2020, celui d’une femme revenue d’un voyage en Iran.

«L’état d’esprit qui m’a amené à revenir en politique en créant la CAQ il y a 10 ans, c’est de faire gagner le Québec, a poursuivi M. Legault. Et là, dans cette longue bataille contre le virus, vacciner, c’est justement gagner contre la pandémie. Gagner la bataille de notre vie.»

Le premier ministre est revenu sur les grandes étapes de la vaccination de masse, soit les clientèles visées au cours des prochaines semaines et celles qui ont été inoculées en recevant une première dose, notamment dans les CHSLD.

«Dans les deux dernières semaines, on a vacciné dans presque toutes les résidences pour personnes âgées, a-t-il écrit. Il faut attendre environ trois semaines avant que le vaccin fasse pleinement effet et donc, on devrait là aussi voir des résultats très positifs vers la mi-mars. Et puis on a vacciné 200 000 travailleurs de la santé, ce qui fait que la pression est moins forte sur eux et sur le système.»

Pas de relâchement 

Même si l’espoir est au rendez-vous et que le printemps est à nos portes, M. Legault invite les Québécois à demeurer sur leurs gardes et à ne pas crier victoire trop vite.

«On a encore quelques semaines critiques devant nous, surtout à cause de la semaine de relâche et des nouveaux variants, en particulier le B117 (variant britannique), a-t-il indiqué. J’espère que les Québécois vont éviter les rassemblements privés, le temps qu’on vaccine le plus de monde possible.»

En plus de parler de la crise sanitaire, M. Legault a fait un clin d’œil à des annonces économiques, notamment celle de satellites de Télésat Lightspeed, en plus de souligner les exploits de Farah Alibay, cette ingénieure originaire de Joliette, dans Lanaudière, qui est aux commandes de Perseverance sur la planète Mars.

Il est aussi revenu sur le fait qu’il a fait une blague, à la suite du congédiement de Claude Julien mercredi, en disant ne pas souhaiter devenir entraîneur-chef des Canadiens de Montréal.

«J’aime mieux rester premier ministre, un travail qui me rend fier, qui me rend heureux, même quand on traverse une crise comme celle qu’on vit depuis un an. Comme coach de l’Équipe Québec, notre équipe de 8,5 millions de Québécois, ce que je veux insuffler, c’est de la fierté et de la volonté de gagner, d’être au premier rang, y compris en économie. On n’a aucun complexe à avoir, nous autres, les Québécois. On est capables de gagner dans tous les domaines. Soyons optimistes et fiers!»