/news/coronavirus

Appels pour la campagne de vaccination: des aînés craignent une fraude

Plusieurs résidents d’habitations à loyer modique (HLM) ont cru être victimes de fraude lorsqu’ils ont reçu un appel automatisé annonçant la venue prochaine d’employés du réseau de la santé pour les vacciner. 

• À lire aussi: François Legault se dit optimiste grâce à la vaccination

• À lire aussi: Au moins 28 jours d’attente après la première dose

• À lire aussi: Gestion de la pandémie: les forces et les faiblesses du Québec

«Peut-être qu’ils vont venir, ils vont faire semblant qu’ils nous donnent des vaccins et puis il va y avoir des vols ou bien des agressions. Je ne sais pas là, il y a de tout dans ce monde. Je me suis dit moi, en tout cas, s’ils viennent, je n’ouvre pas et j’appelle la police», s’est inquiétée Amina Nasrallah, une résidente d’un HLM qui a enregistré cet appel. 

Très peu d’informations avaient été dévoilées relativement à cette campagne de vaccination dans les HLM, ce qui a contribué aux inquiétudes des résidents qui ont reçu cet appel.

Le directeur des communications de l’Office municipal d’habitation de Montréal (OMHM), Mathieu Vachon, dit comprendre les craintes de certains résidents. 

«C’est un outil qu’on utilise pour la première fois à grande échelle», explique-t-il, en précisant que cette méthode avait toutefois déjà été utilisée de manière plus locale auparavant. 

Samedi matin, des vaccinateurs étaient toutefois bel et bien présents pour inoculer les résidents des Habitations Étienne-Desmarteau, dans Rosemont–La Petite-Patrie à Montréal.

Dans les 138 HLM situés sur l'île de Montréal, les résidents n'ont donc pas à prendre rendez-vous pour recevoir leur dose: les vaccins viennent à eux. 

«On a des gens qui sont quand même vulnérables. Ce ne sont pas des gens qui sont dans des résidences pour personnes âgées parce qu'ils n’ont pas nécessairement les moyens», soutient M. Vachon. 

L’objectif d’OMH avec cette campagne de vaccination est d’inoculer 10 500 personnes.

Une situation qui en fait sourciller plusieurs étant donné que les personnes de 60 ans et plus peuvent recevoir leurs doses dans les HLM tandis que plusieurs aînés de 85 ans et plus de la population en général doivent plutôt se rendre dans les cliniques.

«Moi, ce qui m'inquiète, ce sont les 100 000 personnes et plus qui sont chez elles, pas dans un HLM, qui ont besoin du vaccin et qui ne peuvent pas se déplacer», dénonce Paul Brunet, du Conseil de la protection des malades. 

- d'après les informations de Véronique Dubé

Dans la même catégorie