/news/world

Accusé de harcèlement sexuel, Cuomo se dit «désolé» de propos «mal interprétés»

Le puissant gouverneur de New York Andrew Cuomo s'est dit dimanche «vraiment désolé» que son comportement et ses propos aient été interprétés «comme du flirt non sollicité», après une deuxième accusation de harcèlement sexuel qui l'a fragilisé.

• À lire aussi: Le gouverneur de New York accusé de harcèlement sexuel par une 2e femme

• À lire aussi: Andrew Cuomo accusé d'harcèlement sexuel par une ex-conseillère

«Au travail, je pense que je joue, que je fais des blagues que je crois drôles. Parfois je taquine les gens de façon que je pense bon enfant, en public comme en privé», a indiqué M. Cuomo, 63 ans, dans un communiqué dimanche.

«Je comprends maintenant que mes interactions ont pu être insensibles ou trop personnelles et que certains commentaires, vu ma position, ont pu avoir chez certains des effets non intentionnés. Je me rends compte que certaines choses que j'ai dites ont été mal interprétées, comme du flirt non sollicité. Si certains ont eu cette impression, j'en suis vraiment désolé», a-t-il ajouté.

«Pour être clair, je n'ai jamais touché personne de façon inappropriée, ni fait d'avances à qui que ce soit, et je n'ai jamais voulu mettre quelqu'un mal à l'aise», a-t-il encore indiqué.

Ce sont les premières excuses présentées par le gouverneur démocrate - au pouvoir depuis 10 ans et l'un des gouverneurs les plus puissants des États-Unis - depuis les accusations de harcèlement détaillées mercredi par une de ses ex-conseillères, dans un blogue.

La conseillère, Lindsey Boylan, 36 ans, a affirmé que le gouverneur l'avait embrassée sur la bouche de façon non sollicitée, suggéré qu'elle joue avec lui au «strip poker» et «multiplié les efforts pour (lui) toucher le dos, les bras, les jambes», alors qu'elle travaillait pour son administration de 2015 à 2018.

Samedi, une autre ex-collaboratrice, Charlotte Bennett, 25 ans, a indiqué au New York Times que le gouverneur lui avait fait des avances qui l'avaient mise «mal à l'aise» au printemps 2020. Le gouverneur était alors, via des points presse quotidiens suivis dans tout le pays, une vedette de la lutte contre la pandémie de covid.

Ses excuses interviennent alors que certains parlementaires new-yorkais, y compris au sein de sa majorité démocrate, ont appelé à la démission de M. Cuomo, dont le troisième mandat doit s'achever fin 2022. Une sénatrice démocrate, Alessandra Biaggi, l'a même qualifié de «monstre», dans un tweet samedi.

Un nombre croissant de personnalités ont aussi appelé ce week-end à une enquête indépendante sur ces allégations, menée par la procureure démocrate de l'État, Letitia James.

Le gouverneur avait indiqué samedi soir avoir demandé à une ex-juge fédérale de mener «un examen complet» sur ces allégations, tout en les réfutant.

Mais sa proposition a été critiquée. Plusieurs personnalités, des élus locaux, mais aussi la jeune vedette démocrate du Congrès, la New-Yorkaise Alexandria Ocasio-Cortez ou la sénatrice de Hawaii Mazie Hirono, ont estimé que l'enquête devait être menée non par une ex-juge qui a longtemps travaillé avec un proche de M. Cuomo, considérée insuffisamment indépendante, mais par la procureure démocrate de l'État, Letitia James.

La procureure - dont beaucoup pensent qu'elle briguera le poste de gouverneur à la prochaine échéance - est aussi intervenue, pour demander à M. Cuomo de lui confier le dossier «immédiatement».

Même la porte-parole de la Maison-Blanche, Jen Psaki, a plaidé pour «un examen indépendant des allégations».

Dimanche soir, la conseillère juridique du gouverneur a indiqué que M. Cuomo avait finalement demandé à Mme James de désigner elle-même «un avocat privé» pour mener les investigations, avec qui le gouverneur coopérerait «volontairement» et «pleinement».

«Nous allons recruter un cabinet d'avocats» et «superviser une enquête rigoureuse et indépendante», a réagi Mme James.

Cet épisode a considérablement fragilisé le gouverneur, déjà sur la sellette pour avoir minimisé, délibérément selon certains, le nombre de morts du coronavirus dans les maisons de retraite de cet État de 20 millions d'habitants.

Dans la foulée, des accusations de brutalité et d'intimidations du gouverneur à l'égard d'autres élus ou collaborateurs avaient fait surface.