/news/faitesladifference

Benoit Charette est-il le bon choix?

Dans la bulle médiatique, un nouveau sujet connexe au racisme fait rage. Encore une fois, on détourne notre attention des vrais enjeux pour s’enfoncer dans un débat assez futile. Au lieu de questionner M. Charrette sur le racisme anti-Noir, on se questionne sur sa légitimité pour occuper la fonction de ministre responsable de la lutte contre le racisme. 

Au lieu de le questionner sur les ressources humaines, le budget et les réels pouvoirs de son « nouveau ministère » , on s’intéresse à sa conjointe d’origine haïtienne ou ses enfants métissés. 

Je fais partie de ceux et celles qui accordent une grande importance à la représentativité dans nos organisations. Néanmoins, je trouve que l’argumentaire concernant le choix d'un blanc à la tête du ministère responsable de la lutte contre le racisme est, dans le cas du gouvernement Legault, faible, voire de mauvaise foi.

La décision de nommer Charrette aurait été questionnable si le conseil des ministres était en sous-représentation des Noirs comme c'est le cas à la ville de Montréal.

Représentativité 

Si M. Legault mérite des reproches dans le dossier de la lutte contre le racisme anti-Noir ce n’est certainement pas la composition de son conseil des ministres qui pose problème. Aujourd’hui, 2 ministres sur 27 s’identifient comme Noirs, soit plus de 7%. À ce titre, il fait figure même de pionnier. 

Si les hautes directions des entreprises, des médias, des sociétés d’État, des organismes parapublics et de la fonction publique québécoise étaient aussi représentatives, on aurait déjà fait un énorme progrès. 

Par ailleurs, ne serait-on pas dans la caricature si M. Legault confiait les dossiers d’immigration et de lutte au racisme à ces ministres Noirs? Est-ce tant un gage de réussite? 

Monsieur Carmant et madame Girault, n'ont-ils pas co-présidé un Groupe d'action contre le racisme qui a livré un étonnant rapport sur le racisme en 2020 qui a passé sous silence le racisme anti-Noir? Lisez le rapport, je vous mets au défi de trouver une mention du mot noir, ou afro, et ce même quand on parle de la mort de Georges Floyd. 

La vraie question 

Le dossier du racisme anti-Noir est trop important pour perdre autant de temps dans des débats viciés. Pour les Afro-Québécoises et Québécois victimes disproportionnées du racisme en éducation, du profilage racial, du chômage endémique, du racisme dans le logement et dans d'autres sphères d'activités, il est plus que temps d’agir. 

En ce sens, la question brulante pour M. Charrette est : comptez-vous vous attaquer avec détermination au racisme anti-Noir qui perdure depuis des centaines d’années? Si oui, votre bilan sera exemplaire. Sinon vous n’êtes pas un bon choix.

Edouard Staco,

Président, Socioéconomique pour le développement des jeunes des communautés noires

Votre opinion
nous intéresse.

Vous avez une opinion à partager ? Un texte entre 300 et 600 mots que vous aimeriez nous soumettre ?