/finance/homepage

Le bitcoin plus énergivore que la Norvège

La production de bitcoin, cette monnaie électronique qui a énormément pris en valeur ces dernières années, consommerait plus d'électricité que plusieurs grands pays comme l’Argentine ou la Norvège, conclut une récente étude de l’Université Cambridge.

• À lire aussi: À Wall Street, le Nasdaq chute, la hausse des taux obligataires inquiète

• À lire aussi: Bitcoin: âge de raison ou délire spéculatif?

• À lire aussi: Feu vert pour un fonds de bitcoins en Bourse canadienne, le premier dans le monde

La production et les transactions de la cryptomonnaie se font à l'aide d'algorithmes mathématiques complexes. Or, plus il y a de machines de décodage qui fonctionnent en même temps, plus la solution pour «miner» le bitcoin sera trouvée rapidement, ce qui amène les «cryptomineurs» à multiplier leur nombre d'ordinateurs dédiés à la tâche.

En plus de l’électricité utilisée pour faire tourner ces machines, une grande quantité d'énergie est aussi utilisée afin d’éviter la surchauffe des ordinateurs, a souligné l’Université de Cambridge sur son site web.

L’étude révèle ainsi que la production de bitcoins consommerait environ 129,09 térawatts-heure par année. Cela équivaudrait à environ 0,6 % du total d’électricité utilisé chaque année dans le monde, selon des données de 2016.

En 2019, si le bitcoin avait été un pays, sa consommation électrique se serait située au 28e rang mondial, devant des nations telles que l’Argentine, la Norvège et le Pakistan.

Dans la même catégorie