/news/coronavirus

Le PQ demande la vaccination à domicile pour les plus vulnérables

La vaccination à domicile serait une stratégie plus adaptée à la situation des personnes âgées vulnérables qui ne demeurent pas en résidence, a estimé dimanche le Parti québécois (PQ), qui a critiqué l’approche du gouvernement.

• À lire aussi: Qui vous vaccinera?

• À lire aussi: Le Canada aurait pu produire un vaccin avant la mondialisation, dit Trudeau

• À lire aussi: Appels pour la campagne de vaccination: des aînés craignent une fraude

Ce plaidoyer est porté par la porte-parole du PQ pour les aînés, Lorraine Richard, et celui en matière de santé et de services sociaux, Joël Arseneau, qui jugent que ce ne sont pas tous les aînés qui sont en mesure de se déplacer pour recevoir le vaccin, même avec de l’aide.

« C’est étonnant que le gouvernement, qui s’affaire depuis des mois à planifier l’opération de vaccination, ait fait fi, par exemple, de l’enjeu de la distance, vu le vaste territoire du Québec. Ou que malgré l’évidence, il ait omis de considérer que parfois, le simple fait de déplacer une personne met sa santé ou sa sécurité à risque », a déclaré par communiqué M. Arseneau.

Le député des Îles-de-la-Madeleine et sa collègue de Duplessis estiment également que le gouvernement Legault ne soutient pas suffisamment les organismes communautaires qui s’occupent du transport des aînés et de leurs bons soins.

Ces personnes, bénévoles pour la plupart, sont souvent aussi des personnes âgées auxquelles on impose beaucoup de défis logistiques, a-t-on mentionné du côté du PQ.

Joël Arseneau croit que le Québec pourrait s’inspirer de la Suisse, où des opérations de vaccination à domicile ont été lancées.

« On utilise des boîtes réfrigérées, le temps est rigoureusement contrôlé, et tous les acteurs collaborent efficacement, a-t-il indiqué. La clé, c’est une minutieuse planification en amont, et l’utilisation des bonnes personnes, par exemple des paramédics. »

Dans la même catégorie