/news/coronavirus

Les champions des contraventions après 20h

FD-OPERATION-POLICE-SHERBROOKE

Photo Agence QMI, Pascal Girard

La police de Sherbrooke est le corps policier qui a donné le plus d’infractions liées au non-respect du couvre-feu au prorata de la population desservie avec un taux deux fois et demie plus élevé que la moyenne provinciale.

Depuis le 9 janvier dernier, les policiers du Québec peuvent donner des contraventions avoisinant les 1500 $ pour tout citoyen se trouvant à l’extérieur de sa résidence sans raison entre 20 h et 5 h. 

Le Journal a comptabilisé le nombre d’amendes liées à cette infraction imposée par les 13 plus importants services de police. Cette recherche semble démontrer que les corps policiers appliquent la mesure selon leur propre stratégie. 

De ce groupe, le Service de police de Sherbrooke (SPS) se démarque comme le «shérif du Québec» avec un ratio de plus de 2,5 amendes par 1000 habitants. 

À l’inverse, le service de police de Terrebonne semble appliquer la mesure avec plus d’ouverture, enregistrant un taux de seulement 0,3 infraction par 1000 habitants. La moyenne québécoise avoisine une infraction par 1000 habitants.

Pas de «zèle»  

Malgré ces différences, le criminologue de l’Université du Québec à Trois-Rivières Marc Alain n’y voit pas un excès de « zèle » de la part des policiers de Sherbrooke. Il explique les différences entre les corps policiers par la répartition de la population sur le territoire ainsi que par les consignes propres au service de police. 

Il semble d’ailleurs que ce soit le cas à Sherbrooke où les policiers ont notamment érigé six barrages depuis le couvre-feu. 

«Le mot d’ordre, c’est de faire des vérifications», explique Martin Carrier, porte-parole du SPS. 

Il ajoute que les policiers se sont concentrés particulièrement sur les taxis dans lesquels se trouvaient des clients « surprise ». 

M. Carrier affirme que plusieurs individus connus des policiers, notamment des vendeurs de stupéfiants ou des travailleuses du sexe se sont crus à l’abri dans un taxi. 

Population «fatiguée»  

À Terrebonne où seulement 45 constats ont été émis pour une population de 136 000 habitants, le capitaine Joël Lamarche a admis que les policiers sentaient la population «fatiguée». 

Ceux-ci ne remettent donc pas deux constats lors d’un rassemblement illégal après le couvre-feu, «on ne double pas la charge de constat. Il ne faut pas devenir fou», explique le policier. 

À Montréal, malgré un nombre important d’infractions depuis le 9 janvier, le ratio ne se situe que légèrement au-dessus de la moyenne, qui se chiffre à 0,92 par 1000 habitants. 

«Avec une densité de population plus grande il y a plus de policiers au mètre carré donc il y a potentiellement plus d’infractions», illustre le professeur Marc Alain.   

Des services de police plus sévères que d’autres  

Nombre de constats donnés selon la population desservie 

1. Police de Sherbrooke

FD-OPERATION-POLICE-SHERBROOKE

Photo Agence QMI, Pascal Girard

Ratio : 2,5/1000 hab.       

2. Police de Trois-Rivières  

Ratio : 1,6/1000 hab.       

3. Police de Roussillon 

Ratio : 1,5/1000 hab.       

4. Police de Saguenay 

Ratio : 1,24/1000 hab.       

5. Police de Montréal

FD-MANIFESTATION-COUVRE-FEU

Photo Agence QMI, Maxime Deland

Ratio : 1,1/1000 hab.      

6. Service de Gatineau 

Ratio : 1/1000 hab.       

7. Sûreté du Québec 

Ratio : 0,9/1000 hab.      

8. Police de Longueuil 

Ratio : 0,8/1000 hab.      

9. Police de Laval 

Ratio : 0,7/1000 hab.      

10. Police de Québec 

FD-Arrestations et contraventions

Photo Agence QMI, Guy Martel

Ratio : 0,5/1000 hab.        

11. Police de Richelieu–Saint-Laurent  

Ratio : 0,4/1000 hab.       

12. Police de Lévis 

Ratio : 0,4/1000 hab.       

13. Police de Terrebonne  

Ratio : 0,3/1000 hab.        

Source : Informations recueillies auprès des différents corps policiers concernés