/news/tele

«Star Académie»: Rosalie, Charles et Zara sur la sellette

Meghan Oak l’a reconnu dans l’autobus, au sortir du studio MELS, quelques minutes après l’élimination de son camarade Olivier Faubert, dimanche dernier: l’aventure «Star Académie» peut se terminer «extrêmement vite». Les candidats doivent savourer chaque seconde de leur expérience!

Ce dimanche, c’est au tour de Rosalie, Charles et Zara de devoir défendre leur place dans la compétition. Qui tirera son épingle du jeu? Qui le public et le corps professoral protégeront-t-ils? Réponse ce soir! D’ici là, petit entretien avec les trois artistes.

Le variété de «Star Académie», ce dimanche, à 19 h, à TVA.

Charles Kamoun   

Comment trouves-tu ton expérience à l’Académie jusqu’à maintenant?

«C’est la plus belle expérience de ma vie, remplie de hauts et de bas, mais très constructive. J’apprends tous les jours à me gérer, à vivre avec mes émotions, mais surtout à vivre ma musique en toute liberté!»

Qu’est-ce que ça représente, pour toi, d’être mis en danger?

«Ça ne représente que du bonheur! Étrangement, moi, je suis comme un jaguar; j’évolue en situation de danger. C’est vraiment la chance, pour moi, d’avoir une proximité avec les professeurs, de pouvoir mettre le doigt sur ce qui ne va pas, sur mon intensité, sur ma façon de respirer... Ce n’est pas une cachette; j’apprends plus lentement que les autres. Ma voix est remplie d’imperfections. J’ai donc cette chance d’avoir mon moment et de pouvoir "performer".»

Tu étais donc sincère quand tu as crié de joie en apprenant que tu étais en danger?

«Pas du tout! (rires) Je suis un très bon acteur, je suis ouvert à tous les castings de ce monde! Sérieusement, oui, j’étais très content; ça fait deux semaines que je tanne la production, les professeurs et ma cohorte pour être en danger. La raison est fort simple: j’ai vraiment envie de pousser mes limites. Je suis venu ici pour apprendre et relever des défis, et cette semaine, c’est un double défi.»

Que chanteras-tu, dimanche, pour défendre ta place à l’Académie?

«Je vais chanter une chanson que je ne connaissais pas du tout: "Casting", de Christophe Maé. C’est un artiste que j’adore, qui vient de mes terres natales, la France. "Casting", c’est l’histoire d’un garçon qui rêve de planches et de spectacles, qui ne veut pas rentrer chez lui. Qui veut, tout simplement, qu’on l’écoute, et non seulement qu’on l’entende. Un gars qui a juste un rêve, vivre de lumières et de projecteurs, et de partager ce rêve avec le public.»

Si tu avais un mot à dire au public pour le convaincre de voter pour toi, ce serait quoi?

«Showtime!»

Rosalie Ayotte   

Comment trouves-tu ton expérience à l’Académie jusqu’à maintenant?

«Je dirais que c’est rempli de surprises. Il y a des choses qui sont arrivées auxquelles je ne m’attendais pas nécessairement. Il y a des rencontres qui ont été vraiment bénéfiques, dont celle avec Mariana Mazza [plus tôt cette semaine, NDLR]. Ça prouve qu’un artiste, à la base, est un humain comme n’importe qui, et ç’a vraiment fait du bien de voir ça.»

Qu’est-ce que ça représente, pour toi, d’être mise en danger?

«Comme on a pu voir à la télé, au début, ça m’a fait un petit choc. Je ne veux pas dire que je n’étais pas prête à toute éventualité, mais c’est sûr qu’avec la prestation que j’avais donnée pendant mon évaluation, j’étais vraiment fière de moi. Je ne m’attendais peut-être pas nécessairement à ça, mais maintenant, je vois ça d’un côté positif. Cette semaine, il y aura seulement trois personnes qui auront le droit de faire leur chanson individuellement, qui vont avoir cette visibilité-là. Je le prends bien, je suis excitée de faire ma chanson devant le public, et ça me fait plaisir maintenant.»

Tu semblais triste d’apprendre que tu étais en danger. Pourquoi as-tu réagi ainsi?

«Je dirais qu’étant donné que ça faisait deux semaines que j’étais mise en évaluation, j’ai commencé à me remettre en question. Je me suis demandé qu’est-ce qui avait fait en sorte que j’étais mise en danger. Mais, comme il a été dit, c’est quelque chose qui permet aux professeurs de travailler avec nous.»

Que chanteras-tu, dimanche, pour défendre ta place à l’Académie?

«Je vais chanter la chanson "Alone", de Heart. Je la connaissais déjà, mais c’est Gregory qui me l’a proposée cette semaine, et je trouve que c’est une chanson qui montre une partie de moi que je n’avais pas encore montrée au public. C’est une chanson qui me fait sentir puissante; je la chante, et j’ai le goût qu’il y ait des feux d’artifice et que ça brasse! (rires) J’adore ça, et je pense que c’est la bonne chanson pour moi.»

Si tu avais un mot à dire au public pour le convaincre de voter pour toi, ce serait quoi?

«"Star Académie" est une chose à laquelle j’ai toujours rêvé, et j’ai tellement plein d’outils dans mon bagage que je n’ai pas encore eu la chance de montrer! Je me considère comme une personne polyvalente, je suis capable de plaire à tous les styles de personnes, de faire tous les genres de musiques. J’aimerais pouvoir continuer à vous montrer de quel bois je me chauffe!»

Zara Sargsyan   

Comment trouves-tu ton expérience à l’Académie jusqu’à maintenant?

«Je pense que j’ai appris tellement de choses! Je n’aurais jamais imaginé apprendre aussi vite. Tout se passe très, très vite. On a tout le temps des cours avec plusieurs professeurs, et je trouve ça génial de pouvoir apprendre autant en si peu de temps.»

Qu’est-ce que ça représente, pour toi, d’être mise en danger?

«Ça va sonner un peu "cheesy", parce que je suis sûre que tout le monde répond ça (rires), mais c’est une opportunité de montrer qui je suis, et d’avoir la scène à moi toute seule, pour pouvoir prouver que j’ai ma place ici.»Quelle a été ta réaction quand tu as appris que tu étais en danger? 

Pourquoi as-tu réagi ainsi?

«Quand j’ai été mise en évaluation, j’étais presque sûre que j’allais être en danger, parce que je n’étais pas du tout confortable avec ma chanson. Je m’étais déjà préparée. Durant l’évaluation, j’ai senti que les juges voulaient me tester. Je n’étais pas très surprise.»Que chanteras-tu, dimanche, pour défendre ta place à l’Académie?

«Je vais chanter "J’ai douze ans", de Diane Dufresne. Je pense que cette chanson représente beaucoup la façon dont je vois la vie, et la façon dont mon cœur d’enfant voit la vie! J’ai choisi cette chanson surtout parce que je voulais la chanter pour ma maman, et pour donner de la force à tous les enfants qui n’ont pas le courage d’aller parler à leurs parents, et aux parents, de comprendre leurs enfants, puisqu’on est dans des temps très difficiles.»

Si tu avais un mot à dire au public pour le convaincre de voter pour toi, ce serait quoi?

«Je les aime énormément! J’essaie de lire tous les commentaires, tous les messages, et c’est vraiment apprécié. Peu importe ce qui arrive, j’espère vraiment que ce public-là me supportera jusqu’à la fin.»

Dans la même catégorie